Revue de presse des principaux journaux Marocains

Actualite

Examens du Bac : Elèves et parents à la recherche de réponse désespérément

28.04.2020 - 17:22
Depuis le 13 mars dernier, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les cours présentiels et de les remplacer par d’autres à distance. Une décision sage qui a permis à notre pays d’éviter une hécatombe à cause de la maladie du Covid-19.
L’enseignement à distance, pratique courante dans certains secteurs d’activités depuis quelque temps, mais peut-être nouvelle pour bon nombre d’enseignants et d’élèves habitués à la présence effective au sein d’une salle de classe, est devenu le sujet de tous. Entre partisans et détracteurs, le débat bat son plein, mais personne ne nie les efforts déployés par tous les intervenants dans cette opération.
Le ministère de l’Education nationale et toutes ses composantes, les professeurs, toutes catégories confondues, tous se sont mobilisés depuis le début pour permettre aux élèves de poursuivre leurs programmes de la meilleure façon.
Un challenge qui n’était pas facile du fait que personne ne s’attendait à une telle situation, encore moins les professeurs qui, pour une bonne partie d’entre eux, ne sont pas formés pour prodiguer un enseignement pareil. Devoir national oblige, le moment n’était pas aux lamentations et autres protestations, toutes les parties de l’éducation nationale se sont attelées pour mener le bateau à bon port.
Et aujourd’hui c’est un fait puisque les résultats enregistrés ne laissent personne indifférent. Toutefois, malgré tout ce qui a été entrepris, certaines remarques par ci par là restent tout de même légitimes. Des élèves de zones un peu éloignées, et pas seulement, se considèrent aujourd’hui comme exclus de cette opportunité qui favorise certains aux dépens d’autres.
Pour les foyers à revenus limités, avoir par exemple trois enfants scolarisés et un seul ordinateur à la maison n’est pas seulement handicapant, mais plutôt source de problèmes. Comme on le sait tous, chaque enfant suit ses cours à la maison selon l’emploi du temps mis en place au début de l’année scolaire. Les familles tentent de gérer cette situation avec les moyens de bord. Aujourd’hui, un autre problème semble préoccuper les parents et encore plus les enfants. Quand il n’y a pas d’informations fiables, la porte est grande ouverte aux fausses interprétations et autres malentendus.
La France, dit-on, a annulé les examens du baccalauréat et le passage se fera sur la base des totaux des notes des contrôles continus. Certains pays ont pris d’autres décisions, l’essentiel étant de donner aux élèves une visibilité.
Aujourd’hui, les candidats qui préparent leurs examens vivent mal ce manque de visibilité et s’accrochent à des idées qui sont dans la plupart du temps erronées. La dernière sortie médiatique du ministre de l’Education nationale quant au maintien des examens était très claire et a barré le chemin aux supputations des uns et des autres.
Cependant, certains élèves se demandent si les examens devraient concerner l’ensemble du programme ou plutôt la partie à laquelle ils sont arrivés avant la période du confinement ? Serait-il juste de leur faire passer des examens sur des chapitres que certains, pour force majeure, n’ont pas pu suivre lors de l’enseignement à distance ?
Des questions qui hantent les esprits des parents et de leurs enfants et qui constituent une entrave au bon déroulement de leur préparation. Une réponse de la part du ministère serait la bienvenue car elle  mettrait fin aux rumeurs et permettrait aux candidats d’être fixés une fois pour toutes sur le calendrier des différents examens.
» Source de l'article: liberation

Autres articles