Revue de presse des principaux journaux Marocains

Actualite

Cas actifs en baisse et rémissions en hausse

08.09.2020 - 16:19
Remplacés dès aujourd’hui par un compte rendu écrit, les points de presse quotidiens du ministère de la Santé sur la situation épidémiologique du pays se suivent et se ressemblent. Les données annoncées oscillent entre inquiétude et soulagement. A titre d’exemple, mardi en fin d’aprèsmidi, la barre des 1000 cas Covid+ recensés a de nouveau été franchie (1.191) pour un total de 63.781 contaminations. En sus, un nouveau record de décès a été battu avec 43 nouvelles personnes ayant succombé au Sars-Cov-2. Sans oublier les 198 cas actifs dans un état grave ou critique, parmi lesquels 43 citoyens et citoyennes intubés. Cela dit, tout n’est pas noir. Il y a quelques lueurs d’espoir. Relativement épargnées lors des premiers mois de l’épidémie, la région de Béni Mellal-Khénifra et la ville de Béni Mellal en particulier ont subi de plein fouet le manque de responsabilité civique et l’égoïsme de certaines personnes ayant eu la fausse bonne idée de braver, sans une once de remords et comme si de rien n’était, l’interdiction de déplacement décrétée quelques jours avant l’Aïd Al Adha pour y passer la fête en famille. Un privilège auto-accordé contre tout bon sens et facilité par la mansuétude coupable des autorités. Le retour de bâton a été douloureux. Deux semaines après l’Aïd et les nombreuses visites familiales, le nombre de cas de contamination recensés à Béni Mellal a flambé comme jamais par le passé pour atteindre des centaines de cas par jour pendant plus d’une semaine. Résultat, les autorités sanitaires ont décidé en toute logique de replacer la région de Béni Mellal-Khénifra en zone 2. Dans la cité connue et reconnue pour son huile d’olive incomparable, les mesures de restriction de déplacements ont été renforcées pour contenir la propagation du nouveau coronavirus. Normal, elle avait atteint des proportions effrayantes, enregistrant au niveau de la province un taux de contamination des plus élevés sur le plan national avec 20 personnes atteintes du virus parmi 100.000 habitants. Sans surprise et sous une chaleur d’enfer, plusieurs quartiers ont donc été mis sous cloche et toute la ville devenait quasi-déserte dès 18h à cause de la fermeture obligatoire des commerces et autres cafés. Mais aujourd’hui, tout cela appartient au passé et n’est plus qu’un mauvais souvenir. Du moins pour l’instant. Encouragées par l’évolution épidémiologique positive dans la province, les autorités sanitaires ont décidé de desserrer les boulons. A Béni Mellal, les habitants de six quartiers, jusque-là mis sous cloche, ont retrouvé un semblant de normalité. Un soulagement pour les Mellalis. Mais un soulagement ponctuel qu’il va falloir entretenir en respectant les mesures sanitaires et gestes barrières pour continuer sur cette lancée et éviter un retour vers le passé. Cette équation aux inconnues pour le coup connues, est loin d’être insoluble. Elle peut également s’appliquer à l’ensemble du pays. Même si dans certaines métropoles, Marrakech, Casablanca et Fès notamment, elle a du mal à s’ancrer dans les esprits. Mais sur l’ensemble du territoire national, il faut croire que la situation s’améliore. En effet, si les régions de Casablanca-Settat, Marrakech-Safi et Fès-Meknès continuent de truster les premières places en termes de nouvelles contaminations, avec respectivement 420, 193 et 135 nouveaux cas Covid+ recensés mardi (18h), le nombre de cas actifs aux quatre coins du Royaume est en constante baisse pour atteindre les 13.675 cas, soit un 37,7 par 100.000 habitants. Autre élément à mettre dans la case des bonnes nouvelles, le taux de rémission a atteint les 77%. Entre lundi et mardi, 1.327 nouvelles guérisons ont été mises en avant par le ministère de la Santé. Au total, on en est à 48.922 survivants du nouveau coronavirus depuis le premier cas confirmé au Maroc, un lundi 2 mars. En somme, la situation s’améliore doucement mais sûrement. Une évolution positive certes, mais elle est malheureusement principalement liée aux restrictions imposées par les autorités sanitaires. Il est temps que la société se prenne en main pour ne plus être à l’origine de la propagation de l’épidémie mais plutôt en être le frein. A Béni Mellal, les habitants l’ont compris depuis bien longtemps, et sans le fâcheux épisode de l’Aïd Al Adha et la vague de personnes qui s’est abattue sur la province, il est sûr et certain que les dernières semaines auraient été moins pesantes psychologiquement et économiquement comme cela risque d’être le cas à Casablanca-Settat où la vigilance doit d’être le mot d’ordre et toujours d’actualité puisque la région concentre à elle seule 6.119 cas actifs. 
» Source de l'article: liberation

Autres articles