Revue de presse des principaux journaux Marocains

Art & Culture

Une cure de jouvence pour la Kasbah Beni Ammar Zerhoun

10.06.2020 - 19:24

Des jeunes l’ont nettoyée et peinte en bleu d’azur

Le milieu rural est l’avenir du Maroc et les priorités du nouveau modèle de développement seraient de mettre le citoyen rural et son milieu au centre de ses intérêts.

La Kasbah Beni Ammar Zerhoun se glisse dans une nouvelle peau. De par l’initiative de jeunes habitants, les ruelles et places de ce lieu sont désormais propres, bien garnies en bleu d’azur et plantes. En plein confinement, cette action entreprise, également en Ramadan, par les jeunes du quartier Ouled Azzouz, s’est élargie pour englober, à ce jour, les différents quartiers de la Kasbah avec l’adhésion de femmes, d’hommes et enfants. «Ainsi, les efforts continus en peinture sont également consentis pour traiter les décharges insalubres entassées aux environs des trois entrées de la Kasbah. Ce traitement consiste également en l’enfouissement des déchets ou leur calcination», précise Mohmamed Belmou, président de l’association Iklaa pour le développement intégré à la Kasbah Beni Ammar Zerhoun. Ces décharges sont, comme il l’explicite, dangereuses pour la santé des habitants, notamment ceux à proximité.

A ce propos, un habitant indique que le traitement de ce problème qui menace la nature, l’environnement et la santé publique «n’est pas assez exigeant dans le milieu rural». Le foncier y étant, selon ses dires, facile d’accès par rapport aux villes et à des prix encourageants. «L’objectif étant de créer des décharges contrôlées, et loin des habitations rurales et soumises aux critères de santé tout en étant confiées en gestion aux conseils ruraux», ajoute l’habitant. Comme il l’exalte, le milieu rural est l’avenir du Maroc et les priorités du nouveau modèle de développement seraient de mettre le citoyen rural et son milieu au centre de ses intérêts.

Cela étant, l’initiative «bleue» des jeunes de la Kasbah indique l’enracinement de l’action collective et volontaire dans cette contrée. Entre autres, une grande partie de l’école locale a été construite avec le même esprit de solidarité et de dynamique collective et volontaire dans les années cinquante du siècle passé. Une période qui témoigne également de la création du club culturel de Beni Ammar outre son volet sportif.

Au fil du temps, l’association Iklaa pour le développement intégré à la Kasbah Beni Ammar Zerhoun a également vu le jour de par cette trempe solidaire. Cette structure initie le festival Beni Ammar Zerhoun (Festibaz) depuis une douzaine d’éditions avec le concours des jeunes habitants malgré les simples moyens financiers pour l’organiser avec succès tout en lui offrant une renommée au-delà même des frontières.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles