Revue de presse des principaux journaux Marocains

Art & Culture

Réouverture des salles de cinéma : Le flou total

14.07.2020 - 17:10

Les exploitants veulent une date fixe et dans des conditions plus normales

En l’absence de directives claires du gouvernement, les exploitants des salles de cinéma ne savent pas encore la date et les conditions de la réouverture de celles-ci. «On a demandé la date de la réouverture auprès du ministère mais on n’a pas encore reçu de réponse de sa part», indique Houssein Boudih, président de la Chambre marocaine des salles de cinéma, qui espère la plus grande clarté du gouvernement dans les jours à venir. La date de réouverture est évidemment capitale pour les salles de cinéma, mais les conditions d’accueil du public aussi, rappelle M. Boudih. «Le redémarrage va être difficile. Les salles vont subir une baisse de la fréquentation. Quant au principe de distanciation, tout ce qu’on nous dit c’est que les chaises devront être séparées par un fauteuil alors que ce n’est pas normal», dit-il. Le président de la Chambre n’a pas manqué de souligner que la date de la réouverture doit être déclarée 15 ou 20 jours avant afin de préparer les salles. «Il faut emporter les films et préparer la publicité… c’est tout un travail à faire», souligne-t-il. M. Boudih a fait également savoir que la Chambre va établir un guide sanitaire pour bien recueillir le public. Par ailleurs, M. Boudih a signalé que l’impact de la crise sanitaire sur les salles est quasiment catastrophique.

Selon lui, les exploitants ont perdu 40% de leurs recettes. «Les mesures de sauvetage en faveur des salles de cinéma ne sont pas suffisantes. Je suis propriétaire de deux salles à Tétouan et j’ai perdu durant ces 4 mois presque 400 mille dirhams», dit-il. M. Boudih a évoqué un autre problème relatif aux salles obscures. «Nous avons des problèmes plus graves que cela. Il existe plus de 40 salles fermées il y a plus de 10 ans considérées par le ministère comme des monuments. Nous demandons à rouvrir ces salles appartenant aux adhérents de la Chambre afin qu’ils puissent travailler», estime-t-il. Pour rappel, Othmane Firdaous, ministre de la culture, de la jeunesse et du sport, avait annoncé récemment un plan de sauvetage pour le cinéma dont deux mesures seront mises en place pour renforcer la santé des salles de cinéma.

La première, il s’agit de la prise en charge de certaines charges fixes des salles de cinéma engagées sur la période de quatre mois allant de mars à juin 2020 et n’ayant pas pu être amorties du fait de la crise sanitaire. En ce qui concerne la deuxième, il s’agit du versement aux exploitants d’une prime exceptionnelle à la réouverture des salles, équivalente à un mois de chiffre d’affaires pour accompagner la reprise d’activité, conditionnée au respect des normes sanitaires et à l’engagement de garder la salle ouverte au moins 18 mois. Le premier versement de 50% aura lieu à la signature de conventions par les parties concernées, le second trois mois après la réouverture.

Pour ces deux mesures de renforcement de la résilience des salles de cinéma, une enveloppe prévisionnelle de 10 millions de dirhams est mobilisée. Selon le ministre, une campagne de communication sera lancée afin de sensibiliser les citoyens à la reprise d’activité des salles de cinéma et à la promotion du cinéma national. Ceci afin de permettre aux salles de cinéma de se préparer à la reprise d’activité dont le calendrier sera arrêté par l’autorité compétente.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles