Revue de presse des principaux journaux Marocains

Art & Culture

«Horizon oblique» à Marrakech : Mahi Binebine interpelle le destin collectif et de la coexistence

28.12.2020 - 16:06

La galerie Comptoir des Mines de Marrakech fête la fin d’année 2020 en grande pompe en accueillant l’artiste pluridisciplinaire de notoriété internationale, Mahi Binebine.

L’un des enfants prodiges de la ville de Marrakech, l’artiste dévoilera son exposition individuelle intitulée «Horizon oblique», du 26 décembre 2020 au 30 mars 2021. Cette exposition accueille des œuvres monumentales dont les grands personnages s’emparent des espaces hangar et immeuble du Comptoir des Mines Galerie. «Les grands personnages qui peuplent son univers artistique témoignent d’ailleurs de la relation qu’il nourrit avec autrui. «L’autre», chez Mahi, est part ardente de sa propre personne, et les visages qui s’entrecroisent dans ses compositions soulignent sa quête pour mieux appréhender ce qui l’inquiète, le fascine ou l’attriste dans l’altérité. Sa spiritualité profonde, il la puisse d’abord dans l’humain, avoir pour seule boussole son histoire familiale si complexe», indique à ce sujet Hicham Daoudi, fondateur du Comptoir des Mines. Et d’ajouter que «ses œuvres reflètent totalement ces différentes dimensions, et elles nous interpellent sur nos luttes et nos aspirations à changer à notre tour, pour favoriser un vivre-ensemble plus juste et plus équitable».

A vrai dire, l’artiste présente un travail récent où ses personnages deviennent de véritables titans invitant à de nouvelles perspectives. Abordant ainsi les questions du destin collectif, de la solidarité et de la coexistence. Il continue à puiser ses matériaux de sa ville natale en utilisant des pigments naturels, de la cendre ou de la cire d’abeille qui donne à ses œuvres une transparence unique. Sa renommée dépasse les frontières, ses romans à succès, ses nombreuses actions sociales et ses projets artistiques sont les différentes facettes d’une même œuvre qu’il bâtit à travers le temps.

Rappelons que ses peintures font partie de la collection permanente du musée Guggenheim de New York, de l’Institut du Monde Arabe, et de nombreuses galeries et collections privées. Il revient à Marrakech en 2002 où il vit et travaille actuellement. Ses romans sont traduits en une dizaine de langues. Il co-préside avec Nabil Ayouch les centres culturels «Les étoiles de Sidi Moumen».

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles