Revue de presse des principaux journaux Marocains

Art & Culture

Sélection livres : Et si le management s’inspirait du yoga? Un regard unique sur le «travailler ensemble» de Luc Biecq

19.01.2021 - 19:09

L’auteur est parti du fait que le climat en entreprise se dégrade pour proposer un management à la yogi…

Selon le cabinet Stimulus basé en France, il ressort que 52% des salariés présentent un niveau élevé d’anxiété et que le yoga rassemble environ 2,5 millions de pratiquants en France et 300 millions dans le monde. Le lien entre le management et le yoga est ainsi fait.
L’auteur est parti de sa propre expérience lors d’un licenciement. Sa propre reconstruction a permis en effet d’établir un véritable lien entre ces deux disciplines. Étayé d’interviews, de tests et de conseils, l’auteur livre les 5 piliers du manager yogi. Déjà pour lui, il s’agit d’affûter son éthique. Il est question à ce stade d’honnêteté (Satya), d’éthique de soi, d’ancrage, d’être bien dans son environnement, de la déontologie personnelle, du cadre, de la définition et de la connaissance de son cadre d’exercice professionnel et personnel. Le second pilier renvoie au fait de réveiller la non-violence (Ahimsa). Il s’agit à ce niveau de l’écoute des autres et de soi, de prendre conscience de ce qu’on projette, du non-jugement, de l’accueil, de l’écoute, de l’acceptation chacun de ses fragilités et de celles des autres, de l’évitement de l’auto-sabotage, de la reformulation.

En clair, ce pilier servira à changer les prismes. «Travailler sa posture (Asana) de manager» représente le troisième pilier. C’est ce qu’on fait avec ce qu’on nous donne (faire la différence), la légitimité, l’incarnation (on parle souvent d’incarner une fonction, ça veut dire quoi), Svadhyaya/l’étude de soi. Aiguiser le souffle (Pranayama) représente le quatrième pilier. Cette partie du livre permet de réaliser un pas vers l’équilibre, l’intériorisation-concentration (au sens de pas parasitage) et enfin concentration (Dharana)… Enfin le dernier pilier renvoie à la quête de sa propre cohérence (Samâdhi). Il renvoie à la légitimité, l’identité et le partage. Journaliste depuis plus de vingt ans, Luc Biecq écrit sur la thématique des discriminations et sur la santé. Il a été rédacteur en chef des suppléments Santé du mensuel Têtu et chroniqueur à «La Tête au carré», sur France Inter. Lauréat, en 2016, du trophée Signatures Santé dans la catégorie Prévention, il est également formateur à l’École supérieure de journalisme (ESJ) de Lille.

Ed. First (20 août 2020)

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles