Revue de presse des principaux journaux Marocains

Art & Culture

Tanger : L’Institut français reprend ses activités par une exposition de Gérard Testa

26.02.2021 - 13:33

Une occasion de découvrir les œuvres de cet artiste qui vit entre le Maroc et la France

Après près d’une année de fermeture en raison de la crise sanitaire, liée à la pandémie de Covid-19, la Galerie Delacroix de l’Institut français (IF) de Tanger vient de rouvrir ses portes dans une ambiance haute en couleur. Ainsi, cette réouverture -qui marque une programmation riche en activités culturelles et en présence des artistes jeunes et de renom- s’est déroulée avec le vernissage de l’exposition «Silhouettes» de l’artiste-peintre et sculpteur français Gérard Testa. Ce qui permet «pour les sites de Tanger et Tétouan de l’Institut français de redémarrer leurs activités avec la participation de nombreux artistes», a souligné Olivier Galan, directeur de l’IF des sites de Tanger et Tétouan, lors d’une conférence de presse organisée, dernièrement, pour la présentation des grandes lignes de leur programmation pour cette saison culturelle.

Pour mieux contribuer à la scène culturelle, les responsables de l’Institut ont fait part, à cette occasion, de leur souhait de reprendre leurs activités avec autant de dynamisme et d’enthousiasme qu’en temps normal et renouer des partenariats parmi les musées, les galeries, des musées nationaux français, ainsi que des acteurs associatifs locaux.

Par ailleurs, le vernissage de l’exposition «Silhouettes» s’est déroulé en beauté en présence de l’artiste-peintre et sculpteur Gérard Testa. Une occasion pour le public tangérois et les visiteurs de la ville de Tanger de découvrir jusqu’au 31 mars les œuvres de cet artiste, qui vit entre le Maroc et la France. L’installation de l’artiste dans le Royaume marque profondément ses productions et choix artistiques. Le travail de Gérard Testa se distingue par la puissance de sa matière picturale, ses formes, ses coloris, aux éclats et tonalités inspirés du Maroc, pays dans lequel il décide de s’installer pour se nourrir de la transparence et de la profondeur des lumières du Sud dans la ville de Oualidia. «Tout d’abord il y a eu à partir de 2003 des dessins préparatoires durant deux années sur les silhouettes. Lors d’un été à Tanger en 2005, j’ai continué mes recherches sur la forme humaine cernée d’un trait noir où la couleur est posée en aplat à l’intérieur du dessin sur des fonds unis avec l’emploi de couleurs primaires donnant ainsi à ces formes répétitives plus de présence. Ce travail sur la silhouette se poursuit aujourd’hui avec un renouvellement constant exalté sur différents supports», explique Gérard Testa.

Depuis 1974, date de sa première exposition, l’artiste a exposé en France ainsi que dans plusieurs pays européens et au Maroc. Gérard Testa compte jusqu’à présent plus d’une centaine d’expositions, notamment dans un grand nombre de galeries, mais aussi dans des musées, institutions, centres culturels, stands de foires d’art contemporain, …

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles