Revue de presse des principaux journaux Marocains

Art & Culture

“Best-Seller”, second roman de l’écrivain Réda Dalil dans les librairies

02.03.2016 - 18:43
"Best-Seller" est le titre du deuxième roman de l’écrivain marocain Réda Dalil qui vient de paraître aux éditions Le Fennec. "Best-Seller" (304 pages) relate l’histoire de Bachir Bachir qui est un écrivain miraculé. Moyennement talentueux, il remporte un succès inespéré avec son premier roman "Le Jib". Au début, tout se passe pour le mieux, les ventes explosent, les invitations se succèdent, la presse est dithyrambique, le tout Casablanca bling-bling fait du jeune auteur sa coqueluche. Bachir Bachir dit "BB" croque cette vie de paillettes à pleines dents et semble croire en la pérennité de son triomphe. Or, très vite, son aptitude à l’écriture décline, puis disparaît. Son syndrome de la page blanche est tel, qu’une simple phrase lui coûte d’interminables migraines. Pire, son concurrent direct Riad Annassi, lui, balaie tout sur son passage. Mis sous pression par un éditeur affairiste et cynique, humilié par une ex-femme volage, délaissé par ses lecteurs, boudé par les médias, Bachir Bachir comprend qu’à moins d’un deuxième best-seller, la banqueroute est son unique horizon. Père d’un petit Farid, il ne peut se permettre de sombrer. Dans un Casablanca vorace, perfide, ville gigogne carburant au fric et au tape-à-l’oeil, Bachir Bachir n’aura d’autre choix pour continuer à exister, que de commettre l’impensable…
Avec ce deuxième roman, à la fois autofiction et satire sociale, Réda Dalil décrit la superficialité des milieux bourgeois et intellectuels et explore le côté friable de la réussite. Cet écrivain anti-héros jouant à l’équilibriste sur le fil de sa vie est une parabole de l’ère moderne, clinquante par le dehors, fragile, à la limite de la cassure par le dedans. De Casablanca à Istanbul en passant par la Floride, l’auteur ballotte son personnage de coups du sort en rebondissements et, ce faisant, procède à la radioscopie intime d’un créatif privé de ce qui constitue sa raison d’être : l’inspiration.
Réda Dalil est né à Casablanca en 1978. Son premier roman, "Le Job", succès à la fois commercial et critique, a reçu le "Prix littéraire de la Mamounia" en 2014 et "le Prix Gros Sel Belge du public". Il fut, en outre, finaliste du Prix de la littérature arabe à Paris.

» Source de l'article: liberation

Autres articles

newsletter

Articles Populaires

Désolé. Pas assez de données pour afficher des publications.