Revue de presse des principaux journaux Marocains

Art & Culture

Le grand luthiste marocain Saïd Chraïbi n’est plus

03.03.2016 - 18:45
Le grand luthiste marocain Saïd Chraïbi est décédé jeudi matin à Casablanca, à l’âge de 65 ans, des suites d’une longue maladie, a-t-on appris auprès de ses proches. La Fondation Saïd Chraïbi pour le patrimoine maroco-andalou avait indiqué récemment dans un communiqué que l’état de santé de l’artiste était “critique”. Né en 1951 à Marrakech, feu Saïd Chraïbi est l’un des plus célèbres virtuoses du luth au Maroc et dans le monde arabe. C’est à l’âge de 13 ans qu’il s’est initié à cet instrument phare de la musique orientale qu’il n’a plus quitté depuis et qui l’a mené vers la gloire et la renommée internationale. Le défunt a fait de l’authenticité et de l’éclectisme sa marque de fabrique, un style original qui transcende ses 500 oeuvres inspirées de différentes écoles de la musique orientale, notamment les écoles arabo-andalouses, turque et persane.
Son génie et son immense talent lui ont valu le surnom de “roi du luth”. Il compte à son palmarès de nombreux prix remportés lors de prestigieuses manifestations nationales et internationales, dont le prix du plectre d’or et le prix du luth à Bagdad (1986), le prix du Festival de la musique gharnatie à Oujda (1992), le prix du mérite de l’Opéra du Caire (1994), le prix Zeryab des virtuoses parrainé par l’Unesco (2002) et le premier prix Al Farabi décerné lors de la Journée internationale de la musique (2006).
En tant que compositeur, le défunt a obtenu le prix de la meilleure chanson pour “Atfal Alquds” en 2000, auquel s’ajoute, la même année, le titre de meilleur luthiste en Suède et le prix de la meilleure musique de film pour “Al Yacout”. Feu Chraïbi a aussi composé des chansons à succès pour plusieurs artistes marocains de renom dont Abdelhadi Belkhayat (“Bouh ya qalbi”), Naïma Samih (“Rah” et “Tlakina baad el khsam”) et Karima Skalli (“Dilal” et “Al ouchaq”).

» Source de l'article: liberation

Autres articles