Revue de presse des principaux journaux Marocains

Art & Culture

Malika Ayane, la voix marocaine de la chanson italienne

08.03.2016 - 18:47
Dans un monde aussi fermé que celui de la chanson et de la musique italiennes, il n’est pas du tout aisé de se frayer un chemin et se faire un nom. Certes, le talent pourrait être d’un grand apport, mais à défaut d’une stratégie et de la persévérance pour réaliser leurs desseins, nombre d’artistes ont fini dans les oubliettes dès les premières apparitions.
Du talent, la chanteuse italo-marocaine Malika Ayane en a à revendre. Ses prestations n’en finissent pas de lui valoir les éloges des critiques et des médias transalpins. Mais, ce qui frappe le plus chez cette infatigable artiste en quête de perfection, c’est surtout sa farouche détermination de se hisser au plus haut niveau grâce à un talent peaufiné au fil du temps, et une connaissance parfaite de la musique et de son univers.
Née en 1984 à Milan d’un père marocain et d’une mère italienne, Malika estime que sa carrière d’artiste ne se réduit pas à produire des CD et se faire apprécier du public, mais qu’elle est artistiquement pleine dans le sens où elle participe à de grands shows dans de très grandes salles, sur les plateaux télé et se déplace entre les grandes villes, de Rome à Paris en passant par Londres et New York. Après une formation musicale à l’Académie milanaise "Giuseppe Verdi", où elle avait étudié le violoncelle de 1995 à 2001, Malika a remarquablement réussi à se faire connaître dans les milieux artistiques.
Sa participation à différentes éditions du célèbre Festival italien ‘Sanremo », dont la dernière remonte à 2015 avec une chanson devenue très populaire en Italie "Senza fare sul serio", lui a ouvert les portes de la célébrité à l’échelle nationale mais également internationale. Désormais, ses concerts font toujours le plein.
“Je voulais tout simplement réaliser mon rêve de devenir chanteuse. J’ai commencé la musique à l’âge de 10 ans au Conservatoire de Milan", a-t-elle dit, évoquant ses débuts sur scène, après avoir fait pendant des années partie du Treble Voice Choir du célèbre théâtre de la Scala Milan et chanté en solo à de nombreuses occasions.
En 2007, Malika rencontre Caterina Caselli (du label et éditeur Sugar Music, producteur du célèbre ténor italien Andrea Bocelli) qui est instantanément séduite par le potentiel artistique, la fraîcheur et la vivacité de l’artiste marocaine.
Malika commence rapidement à travailler sur son premier album, "Malika Ayane" qui paraît à l’automne 2008. Produite par Caterina Caselli Sugar, Malika est entourée d’une pléiade de collaborateurs prestigieux dont le plus célèbre chanteur italien, Paolo Conte. “Soulwaver », le single qui précède la sortie de l’album, devient rapidement un hit radio, bientôt suivi par "Feeling Better ». La chanson, un hymne anti-morosité des plus réjouissants, reste plus de 4 mois dans les charts italiens, un record pour une nouvelle artiste, confirmant ainsi la popularité de Malika et les critiques élogieuses reçues de toutes parts.
» Source de l'article: liberation

Autres articles

newsletter

Articles Populaires

Désolé. Pas assez de données pour afficher des publications.