Nadia Chellaoui exposera, le 23 décembre, ses créations et son fameux Calips’Oh à la galerie Nelly Wandji à Paris. L’artiste-peintre marocaine va présenter ses créations de sacs et d’accessoires, sans oublier aussi une partie de ses œuvres picturales. Ces dernières ont un lien avec ses idées en design et en mode. Nadia Chellaoui a fait appel à la styliste Angeline Dangelser pour concrétiser ses idées. Ensemble, elles ont donné corps à des créations novatrices, stylées, très dans l’air du temps, avec un réel clin d’œil à la figure signature de l’artiste.  Aujourd’hui, ce travail du peintre se fait parallèlement à ses expositions. Le tout avec une autre vision des formes et des compositions. C’est ainsi qu’elle a lancé son premier sac Calips’Oh. Depuis, cette création a connu un immense succès, ce qui explique toutes les déclinaisons qui en sont issues, avec toujours le même degré d’exigence, la même vision, le même travail sur le détail des formes et des couleurs. Il y a aussi ce souci de travailler la broderie et le cuir à la recherche d’un rendu original et fancy. Travaillés à la main par un maître-maroquinier, proposés en plusieurs ramifications, rehaussés de métallerie light gold, à la fois dans la discrétion et la subtilité, les sacs Calips’Oh se présentent comme des objets uniques et arty. Nadia Chellaoui, consciente de la grandeur de l’artisan marocain, met un point d’honneur à faire appel aux meilleurs maîtres dans une approche qui donne de la visibilité à des métiers ancestraux en relation avec des visions actuelles, contemporaines où l’art et l’artisanat se rencontrent et fusionnent. 

Biographie de l'artiste 

L’artiste Nadia Chellaoui exerce son art comme une quête à la recherche des émotions les plus pures et les plus parlantes. Des bases académiques à l’inspiration créatrice, elle navigue allègrement au gré des formes et des couleurs vers un expressionnisme certain ou la femme est, reste et demeure le sujet central. Dans les créations de cette artiste, on trouve les empreintes de Braque et de Picasso dans la déconstruction et le remodelage des formes, l’influence de Modigliani dans l’étirement des corps et des silhouettes et les traces de Richard Hamilton dans sa composante pop art. Un doux voyage entre les âges et les époques qui donne à la réalité banale quelque chose de magique et dont l’artiste se porte garant pour le plaisir du voyeur. Avec elle, les couleurs terreuses et sombres sont remplacées par des tonalités vives et flamboyantes d’un pouvoir émotionnel certain. Les plages juxtaposées dans un agencement subtil donnent le relief, l’usage qu’elle fait volontiers des espaces jaunes valorise les autres couleurs et attire d’autant mieux l’œil 
qui se trouve attendri par les vibrations très naturelles des tons. Sa valeur esthétique tient à trois fonctions : l’élément qu’elle représente, la couleur qu’elle contient et les autres formes avec lesquelles elle compose le tableau. Ces toiles expressionnistes, dont le sujet féminin est la préoccupation principale,