Revue de presse des principaux journaux Marocains

Art & Culture

Jalila Mégri fait son come-back

19.07.2018 - 21:01
On l’avait presque oubliée. Elle avait disparu des milieux culturels et artistiques du pays. Au cours des dix dernières années, un seul et rapide passage a été enregistré dans l’une des émissions artistiques d’une chaîne nationale. Et pourtant, elle garde une envie grandissante de surprendre, de temps à autre, son public par ses sorties artistiques. Jalila Mégri, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, opère un surprenant «come-back». 
La perle du beau collier d’artistes nommé «Frères Mégri» (Hassan, Mahmoud, Jalila et Youness) entend rencontrer ses fans de nouveau. Celle qui avait contribué aux beaux jours de la «World Music Arab» chantera au Festival international «Eté des Oudayas» qui aura lieu du 28 au 31 juillet courant, initié par le Comité national de la musique, en collaboration avec le ministère de la Culture et de la Communication. Un retour enchanteur, l’artiste jouit encore de ce charisme magique qui la rend toujours ensorcelante. 
Voix féminine sublime, celle qui avait souvent l’allure d’une Indienne au cœur de ce groupe familial venu de l’Oriental, a toujours des fans qui seront surpris, mais aussi ravis de réécouter ses doux chavirements sonores. «Par son charisme et sa voix suave, Jalila Megri a pu s’imposer sur la scène musicale. Nous avons pensé à Jalila, comme l’une des premières artistes ayant conquis la chanson moderne avec courage et détermination… Elle a participé, entre autres, à l’émergence d’un nouveau style musical et d’une nouvelle sensibilité artistique initiés par Hassan Mégri, la «World Music Arab».  « Jalila revient aux sources pour renouer avec un public nostalgique et une nouvelle génération assoiffée de musique et de rythmes», avouent les organisateurs de cette nouvelle édition du Festival «Eté des Oudayas». 
Outre Jalila Mégri, la scène principale du festival accueillera, quatre jours durant, les voix de Maâalem Bakbou et Farid Ghannam, le groupe Ahl Oued Noun venu de Guelmim, la chanteuse Nabila Maân et le groupe amazigh Imdyazen Imintanout.
Pour clôturer en beauté le festival, la troupe Reggada d’Oujda, Nasr Mégri (Prix de la World Music) et Amrat Hussain Quartet accompagné d’une danseuse (Inde-Prix Al Farabi) mettront le feu sur scène pour le plaisir des mélomanes. 
Le programme sera également enrichi par une exposition des œuvres de l’artiste maroco-belge Harwan Red à la galerie Bab El Kébir, du 28 juillet au 6 août 2018. 
Les hommages seront un temps fort du festival. Ils seront placés sous le signe des hommages rendus des figures qui ont marqué le paysage artistique et culturel national. A cette occasion, les organisateurs décerneront des médailles d’or à Mohamed Rissani (artiste et animateur radio), Benyounes Bahkani (producteur d’émission et réalisateur), Khadija Maakoul (journaliste et écrivaine), Rachid Chraibi (éditeur), Khalil Rais (responsable des pages culturelles à l’Opinion) et Harwan Red (artiste peintre, écrivain, réalisateur et producteur). A noter que cette édition met à l’honneur l’Inde. 
 
» Source de l'article: liberation

Autres articles