Revue de presse des principaux journaux Marocains

Art & Culture

Le Festival “Les Nuits photographiques d’Essaouira’’ souffle sa 3ème bougie

05.10.2018 - 21:01
Le Festival ‘’les Nuits photographiques d’Essaouira’’ a soufflé sa troisième bougie, jeudi soir à l’espace emblématique ‘’Dar Souiri’’ dans la cité des alizés, en présence d’une pléiade de photographes, d’intellectuels et d’acteurs associatifs du Maroc et d’ailleurs.
La séance inaugurale de cet événement initié, en partenariat notamment avec l’Institut français d’Essaouira, la délégation provinciale de la culture, et l’Association Essaouira-Mogador, a été l’occasion pour les férus de cet art authentique et magique d’assister au vernissage d’une exposition de 34 œuvres photographiques de l’artiste français d’origine marocaine, Joseph Marando, parrain de cet événement.
A travers cette exposition, Joseph Marando met en avant sa grande proximité du Maroc en présentant plusieurs photos des membres de sa famille au Moyen-Atlas et puis des photographies réalisées dans la médina de Fès, ville dont le grand-père de cet artiste est originaire, ainsi que des photos relatives à une coopérative féminine dans les environs d’Essaouira, outre des photos d’enfants.
Le Festival donnera place aux Rencontres franco-marocaines entre jeunes auteurs et artistes reconnus qui partagent une même passion, la photo. C’est en effet l’esprit de ce jeune festival d’Essaouira qui, d’année en année, prend ses marques dans cette ville remarquable aux traditions multiculturelles reconnues, tient à expliquer Stéphane Kossmann, photographe professionnel français de renommée internationale et initiateur de ce festival. Ahmed Harrouz a, au nom de l’Association Essaouira-Mogador, relevé que le Festival «Les Nuits photographiques d’Essaouira» est l’un des festivals importants qui, à travers cette nouvelle édition, marque la présence et l’effet dans la dynamique culturelle générale, et dans l’animation artistique de la cité des alizés, une cité qui aspire à assurer son développement local par la culture et les arts.
 «Ce Festival vise à faire connaître davantage le langage de la photographie, comment on peut saisir et transcender le temps à travers cet art, et à nous faire découvrir différentes signatures d’un grand nombre de photographes du monde qui ont fait le déplacement dans la cité des alizés», a-t-il expliqué.
Approché par la MAP, Joseph Marando s’est félicité, quant à lui, d’avoir une forte implication dans la photographie au Maroc depuis les années 90 et d’avoir parcouru tout le Royaume dans le cadre d’un projet artistique, qualifiant ses photographies ‘’d’œuvres ethnologiques’’ qu’il aspire voir un jour être intégrées dans les archives du Royaume.
Au menu de ce festival figurent une leçon autour du portrait d’enfants donnée par Stéphane Kossmann à l’Institut français d’Essaouira, une classe d’initiation ou perfectionnement pour les jeunes amateurs, encadrée par Joseph Marando, et un vernissage de l’exposition de l’invité d’honneur de cette édition, Jean Daniel Lorieux, l’un des photographes de mode les plus connus en France.
» Source de l'article: liberation

Autres articles