Revue de presse des principaux journaux Marocains

Art & Culture

Album en hommage à la diva : La Franco-marocaine Farah Rigal reprend les titres à succès de Fayrouz

02.04.2019 - 18:03

Les concerts, dans lesquels elle sera entourée, cette année, de musiciens de divers horizons, sont construits comme un parcours de l’œuvre intemporelle de la diva dans une proposition musicale originale et exigeante.

La chanteuse franco-marocaine Farah Rigal vient de lancer un nouvel album en «hommage à la diva libanaise Fayrouz». Dans cet opus, produit par Labalme music France, la jeune artiste interprète les plus belles chansons de la diva. Ainsi, Farah Rigal y reprend «A Hadir El Bosta», «Sa Alouni Annass», «Habbeytak Bessayf», «Nassam Alaynal Hawa», «Ya Tayr El Wourwar», «Habaytak Ta Nsit Al Nawm», «Al Bint El CHalabiya», «Yamma El Helou» et «Aatini Nay Wa Ghanni». Des reprises que la chanteuse interprète, selon la maison de production, sur des arrangements de Hocine Benameur et Patrick Liotard. Des chansons que l’interprète présentera le temps d’une tournée. «Une importante série de concerts au niveau international passera par le Maghreb et Farah Rigal attend avec impatience de se produire sur scène dans son pays. Son attachement pour le Maroc est important, toute sa famille vit à Rabat», exaltent les initiateurs.

Selon la même source, les concerts, dans lesquels elle sera entourée, cette année, de musiciens de divers horizons, sont construits comme un parcours de l’œuvre intemporelle de la diva dans une proposition musicale originale et exigeante.

A propos de l’artiste, la production précise que Farah Rigal est, de 8 à 14 ans, une vraie petite star au Maroc. Elle présente à la télévision, pendant six ans, l’émission «La mini-chaîne» sous son nom de jeune fille, Farah Tahiri. Quelques années plus tard, elle s’installe dans l’Hexagone où elle écrit et compose des chansons. «Farah Rigal est une chanteuse à la voix généreuse et groovy», qualifient les initiateurs. Selon la même source, la jeune chanteuse enrichit depuis une dizaine d’années une expérience de scène et studio dans des registres multiples pop-rock, soul/funk, folk, world et jazz entre autres. «Des tournées en Bretagne, Angleterre et Ecosse avec son projet folk/rock donneront sa couleur à l’album qui naîtra un an plus tard, intitulé «On the way to Holy Island». Puis c’est la tentation de la pop, douce ou acidulée, aux accents rock ou électro», détaillent les initiateurs. Après quoi, elle rencontre le producteur Bernard Nicolet, «Labalme music France», qui la prend sous son aile. De plus, plusieurs singles naissent de sa rencontre avec Patrick Liotard, musicien et arrangeur. Le single «Stormy weather» issu de cette collaboration connaît une belle diffusion sur les radios françaises et internationales en 2016-2017. Une autre collaboration, la même année, lui donne l’occasion de chanter dans sa langue natale et mêler sa voix à celles des Gipst Reyes sur le titre «Lacho Sakai», assez largement diffusé sur le Maghreb, l’Europe et l’Amérique du Sud.

En cette année 2019, elle prête sa voix à ce concept d’hommage à la grande diva. Ainsi, Farah revient, selon la maison de production, «résolument aux sources».

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles