Revue de presse des principaux journaux Marocains

Art & Culture

Interprétée par des comédiens marocains et migrants : «Yemoleh et Yemoh sous l’arbre à Palabres» en tournée à Casablanca en Ramadan et été

22.05.2019 - 14:01

La pièce de théâtre «Yemoleh et Yemoh sous l’arbre à Palabres», initiée par l’association culturelle The Minority Globe, avec le soutien du fonds Piscca (Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs) de l’ambassade de France, sera interprétée en ce mois de Ramadan et cet été dans l’espace public de plusieurs quartiers de Casablanca.

La prochaine production étant prévue le 25 mai à Hay Hassani. Cette œuvre, qui sera également jouée à Farah Salam, Oulfa, et Hay Rahma, en partenariat avec l’association Shamsy, Racines et le Gadem (Groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et migrants), rassemble des comédiens professionnels et non-professionnels des communautés marocaines et migrantes.

A propos de cette pièce, le directeur artistique, Reuben Yemoh Odoi, explique : «L’arbre à Palabres symbolise l’être humain. Les racines représentent l’esprit, le tronc, le corps et les fruits sont nos actions. Si les fruits ne sont pas bons, c’est que le problème se loge à la racine, dans l’esprit humain. «Yemoleh et Yemoh» vise ainsi à remettre le citoyen au cœur des débats publics en tant qu’acteur principal de son propre destin». Selon ses dires, cette pièce de théâtre aborde plus globalement la question des déplacements de population liés aux conflits humains mais également environnementaux.

Dans l’intrigue, les deux principaux personnages, une sœur et son frère, cherchent non seulement un nouveau refuge mais également à appliquer les préceptes que leur ont enseignés les anciens. Il s’agit, selon l’artiste, de vivre en harmonie avec la nature, la faune et la flore.

Mieux encore, cette pièce de théâtre donne la part belle aux dialectes d’origine des différents acteurs. Des chants en darija, lingala et anyin ponctuent, comme le précise l’artiste, le spectacle et forment une véritable ode à la diversité culturelle. Déjà, la première du spectacle a eu lieu récemment à Farah Salam et a rassemblé, selon l’artiste, une foule de badauds curieux, femmes, hommes et enfants, qui ont apprécié la pièce. «Un dialogue interculturel constructif a été entamé avec la population locale que la troupe souhaite intensifier dans les mois à venir lors de sa tournée casablancaise», enchaîne-t-il.

Pour sélectionner les artistes, une audition a été organisée en février dernier. Ce sont 10 comédiens (6 femmes et 4 hommes) de 4 nationalités différentes qui ont été choisis. Il s’agit de Charity Atikpo (Nigeria), Charlotte Bossoma (Côte d’Ivoire), Manal Chahab et Massar Chahab (Maroc), Grâce Ngouanou et Olive Nzatsi (Congo Brazzaville), Dandy Aimienoho (Nigeria), Mathias Gogoua (Côte d’Ivoire), Riguen Loufouma (Congo Brazzaville), Mohamed Ounasser (Maroc). De plus, les comédiens ont participé à une résidence artistique encadrée par Reuben Yemoh Odoi, également artiste et musicien. «Durant cette résidence, les comédiens avec l’aide du directeur artistique ont donné vie aux personnages Yemoleh et Yemoh, des jumeaux ayant fui leur village natal en guerre et se battant pour trouver leur place dans la société. La pièce de théâtre est ainsi un conte moderne des enjeux migratoires», détaille-t-il.

Pour rappel, The Minority Globe, créé au Maroc en 2009, a pour mission principale la résilience des communautés migrantes par la musique, les arts vivants et l’éducation. Pour mettre à bien ses objectifs, cette association a créé un groupe de recherche et d’action multidisciplinaire qui prend en charge des projets artistiques et éducatifs ayant pour objectif d’améliorer la connaissance des cultures orales africaines contemporaines en diaspora, de promouvoir la diversité culturelle et de soutenir une économie créative.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles