Revue de presse des principaux journaux Marocains

Art & Culture

Le consulat d’Espagne à Oran intervient en faveur des activistes kidnappés à Tindouf

03.07.2019 - 10:11
Un membre du consulat d’Espagne à Oran a téléphoné le mercredi 26 juin à la mère de Fadel Brika, disparu depuis le 18 juin.
«Il s’agit d’un premier contact en vue de réunir des informations sur le kidnappé sahraoui», selon  Messaoud Ramdan, président de l’Association sahraouie de défense des droits de l’Homme. Une ONG fondée par un Sahraoui et installée en Espagne.
Dans l’intention d’éclairer l’opinion publique sahraouie et internationale, la mère de Fadel confirme avoir été contactée par des diplomates espagnols basés à Oran. «Malheureusement, nous avons trouvé plus de soutien et de clémence auprès des diplomates espagnols qu’auprès de ceux censés être nos dirigeants», a-t-elle déploré.
Elle a  affirmé avoir rejeté toutes les offres non-officielles et individuelles l’invitant à rendre visite à son fils. Elle dit refuser les sollicitations pour protester contre la disparition forcée de Fadel Brika qui a entamé une grève de la faim.
Cette première intervention du consulat d’Espagne à Oran fait suite  à la lettre adressée, lundi, par l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’Homme, au consulat général d’Espagne à Alger. L’ONG a en effet demandé aux diplomates espagnols «d’accorder la protection consulaire nécessaire aux trois jeunes kidnappés afin de préserver leur intégrité physique et clarifier leur sort, ainsi que les véritables raisons de leur détention illégale et injustifiée».
Notons que Fadel Braika  auquel la diplomatie de Madrid porte un intérêt particulier est né, comme son compagnon d’infortune, Moulay Abbad Bouzid à Laâyoune alors que le Sahara  était sous occupation espagnole. Selon une source bien informée, les trois jeunes kidnappés sont membres actifs de la coordination pour faire la lumière sur le sort du disparu Khalil Ahmed, enlevé il y a plus de dix ans par la gestapo algérienne alors qu’il venait de donner une conférence dans une faculté algéroise. Fadel est, officiellement,  le porte-parole de cette coordination.
Selon le site futuro sahara.net publié à partir des camps de Tindouf, les trois blogueurs kidnappés par la milice du Polisario seraient  détenus dans l’enceinte de l’école dite du 12 Octobre transformée, depuis peu en une caserne de la prétendue gendarmerie du Polisario. Le site  qui cite une source proche de ladite caserne, dément les rumeurs répandues ces derniers jours et qui ont fait circuler une information selon laquelle les trois portés disparus auraient été internés au bagne de Rachid. Futuro sahara indique que les trois kidnappés seront transférés, sous peu  au pénitencier de D’Haibia, où les conditions de détention seraient moins cruelles que dans le bagne de Rachid, témoin vivant des cruautés et des violations des droits de l’Homme commises par des membres encore influents et haut placés au sommet de la direction du Polisario. Nombre de ces tortionnaires sont recherchés par les tribunaux espagnols.
Au lieu de livrer ces tortionnaires qui ont fait la réputation des geôles de Rachid Aâdaim Errih et D’Haibia, écrit le site, l’Algérie et la direction du Polisario en font des héros intouchables. Ce qui prouve, ajoute l’auteur, que Brahim Ghali et ses lieutenants nostalgiques de la période sombre des camps, tentent de la faire revivre à travers les enlèvements, la torture et la séquestration extrajudiciaire. 
» Source de l'article: liberation

Autres articles