Revue de presse des principaux journaux Marocains

Art & Culture

Comme des bêtes 2 : Toujours un peu de mordant

15.08.2019 - 19:52

L’arrivée d’un bébé est toujours un cap dans la vie d’un couple.

Ce film d’animation vient montrer que nos amis les bêtes, eux aussi, sont marqués, voire touchés par une naissance humaine. Tel est le cas des deux héros canins Max (voix française de Philippe Lacheau) et Duke (Julien Arruti) du foyer de Katie et Chuck. Max, un Jack Russel pantouflard, devient vite obsessionnel et craintif des dangers potentiels pour le bébé Liam. Son stress provoque un toc qui lui fait se gratter l’oreille, de manière compulsive. Duke, un berger de Bergame métissé et turbulant, lui dit pourtant de prendre la vie comme elle vient. Une virée à la campagne aidera Max à prendre du recul et à se débarrasser aussi bien de ses peurs que de son toc, grâce à Rico (belle voix grave d’Alain Bergé, doublure de Sylvester Stallone) un chien de berger.

Avant de partir, Max a confié son jouet préféré à son amie Gidget, une chienne Spitz naine, qui prend sa mission à cœur quand le jouet tombe au milieu d’une horde de chats hébergés chez une grand-mère sourde mais rock and roll. Son amie Chloé (Elodie Fontan), une chatte en surcharge pondérale, l’aide à se déguiser en chat et à prendre les postures félines. Ce portrait croisé des chats et des chiens est aussi juste qu’hilarant et devrait plaire aux petits comme aux grands.

Ce scénario serait plutôt morne sans les aventures de Pompon (voix décapante de Willy Rovelli), un lapin nain se prenant pour un super-héros. Par ambition et sans doute par amour pour Daisy, une chienne shih tzu, le lapin sort de son immeuble douillet, sa zone de confort, pour partir secourir et délivrer un tigre blanc des mains d’un tortionnaire d’animaux, propriétaire d’un cirque. Le petit Pompon n’écoute que son cœur et, avec maladresse mais sincérité, n’hésite pas à affronter des loups pour aider ce bébé tigre. Ce triptyque se termine dans une course-poursuite bien menée où Max et Gigdet donnent un coup de main indispensable à super-Pompon.

Faire une suite n’est jamais facile et, comme de nombreuses sagas, «Comme des bêtes» n’échappe pas à la règle. Ce deuxième opus est clairement en deçà du premier qui avait créé un véritable engouement du public, heureux de découvrir la vie secrète des animaux domestiques. Cet effet de surprise était impossible à reproduire. «L’idée de base est tellement forte que nous avons voulu la développer au lieu de la répéter afin que les spectateurs y trouvent leur compte, qu’ils aient vu le film ou pas», explique Chris Meledandri, le président d’Illumination qui est également producteur du film. Si le scénario est parfois décousu, le film trouvera son public grâce aux dialogues bien sentis et aux voix remarquables des acteurs, aussi bien en français qu’en anglais. Atout incontestable : l’humour sous toutes ses formes, qui pourra conquérir tous les publics. Un film familial, idéal pour l’été.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles