Revue de presse des principaux journaux Marocains

Art & Culture

Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle

20.09.2019 - 14:46
La nouvelle saison culturelle au niveau de la région de Rabat-Salé-Kénitra démarre en mode cinéma, à l’occasion de la 13ème édition du Festival international du film de femmes de Salé, tenue du 16 au 21 septembre.
Le programme général de cette édition comporte, notamment, une compétition officielle de films de long métrage de fiction traitant de la thématique de la femme, une compétition officielle documentaire consacrée à la lutte des femmes pour l’égalité et contre toute forme de discrimination, un regard sur le court métrage marocain de jeunes réalisatrices et de talents émergents et un regard sur le long métrage marocain.
Les cinéphiles auront également rendez-vous avec les classiques du cinéma africain et arabe au féminin, à travers des films ayant contribué au devenir de l’Afrique et du monde arabe et un hommage au cinéma tunisien, invité d’honneur du festival, pour tout ce qu’il partage avec le cinéma marocain. Ce festival servira de passerelle entre les manifestations ludiques organisées durant la période estivale, notamment les concerts de musique et les activités intellectuelles, littéraires et artistiques destinées au public qui s’apprêtent à la rentrée scolaire et universitaire.
Ainsi, les universités et les écoles supérieures contribuent amplement à l’animation culturelle et intellectuelle dans la région, que ce soit de manière directe via l’organisation des séminaires et des conférences ou en nouant des partenariats avec des institutions culturelles marocaines ou internationales.
Outre les établissements universitaires, le mois de septembre de chaque année est considéré comme une date butoir des activités des centres culturels étrangers qui décortiquent finement un agenda culturel tant riche que diversifié tout au long de l’année jusqu’à la fin du mois de juin. Ces activités à vocation culturelle constituent des rendez-vous phares dans l’agenda culturel de la capitale, en particulier le public marocain qui s’intéresse davantage à la chose culturelle et à d’autres cultures.
Le théâtre compte parmi les principales composantes du paysage culturel dans la région, en particulier dans la ville de Rabat où s’érige le somptueux théâtre national Mohammed V, qui arbitrera le 30 septembre la première activité culturelle au titre de la saison 2019-2020. Il s’agit de la pièce théâtrale intitulée “Anamss” (la fouine), écrite par Abdelilah Benhadar et réalisée par Amine Nassour et qui a été présentée, pour une première, au début de ce mois dans le cadre de la saison culturelle de Kénitra.
Dans ce sillage, la nouvelle saison culturelle sera marquée par des expositions au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain, qui offre actuellement l’opportunité à ses visiteurs de découvrir la célèbre sculpture “Le Cheval”, du grand sculpteur colombien Fernando Botero.
Non loin de l’imposante sculpture de Botero, qui trône majestueusement au cœur de la capitale, surgit également l’œuvre de la sculptrice marocaine Ikram Kabbaj, qui prend la forme d’un triptyque de trois sculptures en marbre noir poli et qui captivent le regard par leur singularité.
Parmi les événements hauts en couleur de la nouvelle saison culturelle dans la région, figure la première édition de la biennale internationale de Rabat, prévue du 24 septembre au 18 décembre prochain sous le thème “Un instant avant le monde”, qui mettra à l’honneur l’art urbain à travers une œuvre qui sera réalisée par des artistes marocains. Elle s’ajoutera aux fresques qui ornent les murs d’une ville dans laquelle les cultures fusionnent et les couleurs foisonnent.
En revanche, si ailleurs, les maisons d’éditions choisissent les mois de septembre et d’octobre pour annoncer de nouvelles publications ou annoncer les lauréats des prix littéraires, les activités liées à l’édition au niveau de la région et au Maroc en général restent limitées.
L’activité culturelle dans la région de Rabat-Salé-Kénitra, à l’instar des saisons culturelles précédentes, reste concentrée dans ses trois principales villes (Rabat, Salé et Kénitra) et encore plus au niveau de la capitale, alors que les activités culturelles sont peu nombreuses dans les petits patelins et en milieu rural et demeurent tributaires d’initiatives limitées de collectivités territoriales et de la société civile.
» Source de l'article: liberation

Autres articles