Revue de presse des principaux journaux Marocains

Aujourdui

El Khalfi au forum de la MAP: L’agenda législatif bouclé avant la fin de l’année

20.03.2014 - 10:09

Le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement a offert mardi aux journalistes accrédités à Rabat deux informations inédites pour le prix d’une.

Invité par l’agence de presse MAP dans le cadre du forum qu’elle organise mensuellement sur un grand sujet d’actualité, Mustapha Khalfi s’est laissé aller à une confidence sur les mesures que le gouvernement est en train de prendre pour éviter les abus constatés dans l’usage que les fonctionnaires font du parc automobile de l’Etat.

«Je vous donne un scoop», a dit le ministre, qui a révélé que ces mesures concernent non seulement le nombre de véhicules en service, mais encore les procédures d’octroi des ordres de mission donnant droit à leur utilisation et les réquisitions de carburant leur permettant de rouler. Il a laissé entendre qu’un contrôle plus rigoureux sera désormais exercé sur la circulation de ce que le grand public nomme les «M rouge». Le ministre n’a cependant pas cru devoir expliquer que ce n’est pas la première fois que ce genre de mesures a été tenté sans parvenir totalement à extirper le mal de l’utilisation non-conforme des voitures du parc public.

Interrogé sur ces dispositions que le gouvernement s’est engagé à entreprendre, Mustapha El Khalfi a assuré à ALM que la plus sévère des mesures permet aux services de la police et de la gendarmerie royale de confisquer tout véhicule de service (public) pendant les jours fériés et les week-ends. Une décision qui risque de faire des mécontents.

En même temps que ce remake, le ministre a laissé entendre que le gouvernement s’est engagé à boucler son agenda législatif avant la fin de l’année qui court. Estimant que le rendu de l’application des dispositions de la Constitution de juillet avance à bonne allure, il a précisé que six projets de lois organiques dont celles relatives au droit de grève, à la régionalisation avancée et au conseil de Régence, sont dans le pipe.

Il a ajouté que par ailleurs les projets de lois sur la presse, sur l’accès à l’information et sur le découpage électoral seront soumis au Parlement au mois d’avril prochain. Le ministre a pris prétexte de cette accélération de rythme pour se féliciter de l’action du gouvernement qui, sachant que les textes lui accordent cinq ans pour mettre en application les dispositions de la Constitution, est en passe d’y parvenir dans un temps moitié moindre.

Au cours de l’exposé qu’il a fait mardi, Mustapha El Khalfi a aussi considéré que l’action économique du gouvernement est digne d’éloge. Car non seulement elle a permis de sauvegarder les équilibres macroéconomiques, mais encore elle a boosté la croissance par le biais d’une nette amélioration du taux d’investissement public global, a-t-il affirmé avant de préciser que cet investissement a été multiplié par quatre en passant de 80 milliards il y a moins de cinq ans à 300 milliards en 2013.

Outre l’action globale de l’Etat, des mesures ont été prises afin d’encourager l’entreprise et pour améliorer le climat des affaires dans lequel elle évolue, a-t-il expliqué. Résultat, de l’impact de ces actions dont l’effet a été renforcé par l’affinement de la formation et l’encouragement à l’exportation il y a eu moins de cas de grève et de fermetures d’entreprises en 2013.

Cependant l’invité du forum a reconnu que ce tableau n’est pas exempt d’un certain nombre de points noirs. Parmi ces derniers, il a cité comme l’un des plus graves le fait qu’actuellement les 2/3 des employés ne soient pas affiliés à un régime de retraite. En raison de cette situation, a-t-il dit, le gouvernement a placé parmi ses toutes premières priorités la réforme de ce régime et des caisses de retraite. Il a aussi reconnu que malgré toutes les mesures prises pour améliorer la situation de l’emploi, le fait que le chômage des jeunes diplômés progresse donne du souci. Il a néanmoins estimé que le développement rural pourrait contribuer à alléger la pression exercée sur ce marché.
En réponse à une question d’ALM, El Khalfi a cependant jugé que le repli des indicateurs du commerce extérieur, des transferts de MRE et des IDE, auquel on assiste actuellement ne met pas en doute l’efficacité des mesures prises pour accroître la résilience de l’économie. Il a également considéré que le fait qu’il n’ait pas évoqué l’officialisation de l’amazigh dans son exposé, ne veut pas dire que le gouvernement ne la considère pas comme déterminante.
Il a également considéré que l’efficacité de l’action du gouvernement sur les plans économique, social et politique a renforcé la position du Maroc à l’international et l’a doté des moyens de renforcer son dialogue stratégique avec les Etats-Unis, avec l’Union européenne et avec l’Afrique subsharienne.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles