Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

La culture du pommier a le vent en poupe

15.10.2019 - 16:33

Les prévisions du contrat programme largement dépassées

La culture du pommier s’étend sur une superficie totale de l’ordre de 50.590 hectares. Les régions Draâ-Tafilalet et Fès-Meknès occupent à elles seules une part de 67% de la superficie nationale.

Filière agricole à forte valeur socio-économique dans les zones montagneuses, le pommier a connu un net développement ces dernières années. La filière, grâce aux dispositions des contrats programmes conclus dans le cadre du Plan Maroc Vert, a redressé ses indicateurs et a réussi à atteindre une performance avérée aussi bien sur le marché local qu’international. Le premier contrat programme arboricole, couvrant la période 2011-2020, a porté ses fruits. Un dépassement d’objectif a été constaté à ce niveau.

Les prévisions ont été réalisées à hauteur de 161%. De même, les volumes de production se sont situés à environ 100% de la valeur cible. Ces chiffres ont été relevés en marge de l’ouverture du Salon national de la pomme dont les travaux ont pris fin dimanche dans la province de Midelt. Cette manifestation apporte chaque année un éclairage sur cette filière de production et encourage par la même occasion les arboriculteurs à développer l’esprit de marketing territorial de la pomme labellisée. Retour sur les temps forts de cette manifestation.

Une distinction particulière pour la pomme de Midelt

Inauguré par Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, ce salon est une occasion pour créer une émulation au niveau régional. 60% de la production nationale en pomme provient de la région Drâa-Tafilalet. 90% de la production de la région provient pour sa part de Midelt. Le pommier de la province est doté d’une notoriété distinctive le classant comme produit du terroir avec l’indication géographique protégée «Pomme de Midelt».

Une panoplie de projets a été menée dans le cadre du Plan Maroc Vert assurant ainsi un bon décollage de la culture du pommier au niveau de la province. Une dynamique qui se confirme aussi bien sur le plan du pilier I de la stratégie agricole que sur le pilier II. En vue de mesurer l’impact de ces projets, le ministre de tutelle a effectué une visite de terrain dans différentes localités de la province. M. Akhannouch s’est dans ce sens rendu au périmètre Ait Illoussane pour s’enquérir de l’état d’avancement d’un projet inscrit dans le pilier II, profitant à 120 jeunes ayants droit. Doté d’une enveloppe globale de près de 16,7 millions de dirhams, ce projet vise le développement de la filière du pommier sur un terrain collectif de 280 hectares. Ce projet a permis la création de 15 emplois permanents, l’installation d’un générateur anti-grêle et l’équipement de 200 hectares en système d’irrigation localisée. Le ministre a également visité une unité frigorifique de pommes à atmosphère contrôlée au niveau de la commune rurale de Zaida. Il s’agit d’un projet de 40 millions de dirhams, constitué de 12 chambres froides. Cette unité a permis la création de 30 emplois permanents et l’installation d’un système d’irrigation localisée sur 20 hectares de nouvelles plantations.

Une production de 697.000 tonnes à fin 2018

Il est à souligner que la quasi-totalité de la production nationale en pommes est commercialisée au niveau du marché local. Le volume produit a atteint durant la campagne agricole 2017-2018 les 697.000 tonnes, soit un rendement moyen national de 16 tonnes par hectare. La culture du pommier s’étend, en effet, sur une superficie totale de l’ordre de 50.590 hectares. Les régions Draâ-Tafilalet et Fès-Meknès occupent à elles seules une part de 67% de la superficie nationale. Les principales variétés selon l’importance en superficies sont le golden delicious, stark delicious, starkrimson, royal gala et golden smoothe. Rappelons qu’en parallèle au contrat programme arboricole conclu entre le gouvernement et la Fédération interprofessionnelle de la filière de l’arboriculture fruitière au Maroc (FEDAM) pour la période 2011-2020, la filière bénéficie d’incitations financières dans le cadre du contrat programme relatif au développement des industries agroalimentaires signé entre le gouvernement et les opérateurs privés en avril 2017 sur la période 2017-2021. Des aides qui portent sur la valorisation et l’exportation des fruits et légumes.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles