Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Doing Business 2020 : Le Maroc bondit de 7 places

30.10.2019 - 13:26

Le Royaume s’approche de son objectif d’intégrer les 50 meilleures économies au monde

Le Maroc conserve son avance en Afrique du Nord et se classe au troisième rang des pays de la région de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (MENA).

Bonne nouvelle. Les performances du Royaume dans le classement Doing Business s’enchaînent. Ainsi, le Maroc a bondi de 7 places au classement Doing Business 2020 de la Banque mondiale. Dans le rapport rendu public jeudi dernier à Washington, le Royaume est désormais logé dans le 53ème rang à l’échelle mondiale. «Cette avancée marque un progrès significatif dans la réalisation de l’objectif du Maroc consistant à atteindre le top 50 des plus grandes économies du monde d’ici 2021», apprend-on auprès de sources gouvernementales.

Le Maroc conserve son avance en Afrique du Nord et se classe au troisième rang des pays de la région de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (MENA), derrière les Émirats Arabes Unis (16ème) et le Bahreïn (43ème), et devant l’Arabie Saoudite (62ème), Oman (68ème), la Jordanie (75ème), le Qatar (77ème), la Tunisie (78ème), le Koweït (83ème) et l’Egypte (114ème). Au niveau africain, le rapport souligne que le Maroc conserve sa troisième position derrière les îles Maurice, qui se classent au 13ème rang mondial, le Rwanda (38ème), et devant le Kenya (56ème), l’Afrique du Sud (84ème), le Sénégal (123ème) et le Nigeria (131ème).

Selon la même source, «le score positif du Maroc dans ce nouveau classement mondial est dû à l’adoption d’une série d’importantes mesures et réformes liées aux affaires et aux activités des entreprises marocaines, et qui s’inscrivent dans le cadre du programme de travail du Comité national de l’environnement des affaires (CNEA)». Le pays récolte ainsi les fruits de ses réformes menées ces dernières années pour améliorer le climat des affaires. Il s’agit principalement des réformes liées au développement de cadres juridiques et réglementaires pour les entreprises, ainsi qu’à la simplification et à la numérisation d’un ensemble de procédures administratives liées au cycle de vie des affaires, outre la création de plates-formes électroniques pour les services et des guichets uniques.

Les réformes de la loi N° 17.95 relative aux sociétés anonymes et de la loi N° 5.96 sur la société en nom collectif, la société en commandite simple, la société en commandite par actions, la société à responsabilité limitée et la société en participation, figuraient parmi les réformes importantes entrées en vigueur au cours de l’année. Il faut préciser que le rapport Doing Business représente un baromètre du climat des affaires et un outil de benchmark au niveau international. «En fournissant une base d’information comparable et sur plusieurs années, le rapport Doing Business ambitionne d’encourager la concurrence des pays au niveau international pour l’amélioration de leur environnement des affaires. Il offre également un réservoir de bonnes pratiques qui peuvent constituer une base pour les réformes visant à faciliter les affaires. Au-delà de ces bénéfices, son importance réside également dans le fait qu’il est largement médiatisé et que ses résultats sont souvent cités comme référence par les journaux et magazines spécialisés ainsi que lors des séminaires et rencontres internationaux dans le monde des affaires», expliquent les responsables.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles