Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Rôle du foncier et son impact sur le développement du monde rural

12.11.2019 - 12:02
La question du foncier rural et de son impact sur le développement du monde rural a été au centre de la huitième édition de la Journée nationale de l’ingénieur géomètre-topographe tenue récemment à l’Agropole de Berkane, organisée par l’Ordre national des ingénieurs géomètres-topographes (ONIGT).
Placée sous le signe « Valorisation du foncier au service de l’agriculture et du développement rural », cet important rendez-vous a constitué une véritable opportunité pour les topographes de débattre des questions cruciales liées aux problématiques essentielles interpellant la centralité du foncier dans les politiques publiques nationales.
Ainsi que l’a relevé le président de l’ONIGT, Khalid Yousfi, « la question du foncier est d’une importance cruciale pour le Maroc parce qu’il est l’un des facteurs essentiels de développement économique et social et représente l’atout central de toute politique sectorielle rationnelle », a-t-il déclaré convenant que le système de gouvernance foncière, qui a atteint ses limites, bénéficie aujourd’hui d’une nouvelle dynamique.
Le foncier, qui fait l’objet d’une constante priorité des pouvoirs publics et des professionnels du secteur, est aussi crucial pour les concitoyens du fait que « la terre a toujours constitué la base solide, stable et pérenne de notre richesse », a-t-il fait remarquer à l’ouverture de ses assises tenues du 1er au 2 novembre, en partenariat avec le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts et l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC).
« L’appropriation foncière privée doit attirer davantage toute notre attention », a poursuivi Khalid Yousfi ajoutant que « le rendement et la performance du foncier national doivent bénéficier de programmes efficients, comme ceux mis en œuvre suite aux multiples messages de Sa Majesté le Roi Mohammed VI».
Par ailleurs, si la question foncière au Maroc est très délicate à saisir, « elle pose de nombreux défis à sa valorisation, dont deux sont capitaux : l’investissement et la melkisation », a-t-il fait savoir relevant que les ministères de l’Agriculture, de l’Intérieur et l’ANCFCC en sont conscients et qu’ils agissent dans ce sens.
« Il est important de relever ces deux aspects, parce qu’ils sont au centre de l’intérêt que nous portons tous à la valorisation de la propriété foncière, et particulièrement celle destinée à l’exploitation agricole », a insisté le président de l’ONIGT notant que « pour que cette valorisation soit encore plus fiable et plus viable, elle doit être accompagnée d’une appropriation productive, donc fructifiée par le biais d’investissements porteurs.
Directeur général de l’ANCFCC, Karim Tajmouati a pour sa part insisté sur les nombreux projets structurants lancés par l’Agence depuis 2017, citant notamment ceux relatifs à la mise en place d’une nouvelle vision stratégique; la dématérialisation des procédures et des échanges  ainsi que la sécurisation du système d’information et des bases de données.
Concernant la digitalisation des processus, le DG de l’Agence a indiqué que cette opération « a radicalement changé le mode de fonctionnement l’ l’ANCFCC, à travers le lancement de plusieurs services dématérialisés au profit de ses différents partenaires et usagers ». A savoir: le service Mohafadati ; le certificat de propriété digitalisé ; l’espace digital transactionnel dédié aux IGT ainsi que le paiement électronique des droits de la conservation foncière par les notaires.
« En matière de dématérialisation, je me dois de souligner que ces deux dernières années ont été marquées par une évolution majeure, à travers laquelle l’ANCFCC et l’ONIGT ont mené à terme un processus de digitalisation des échanges entre les IGT d’une part et les services du cadastre et de la cartographie d’autre part », s’est-il réjoui faisant savoir que le dépôt du dossier technique se fait désormais à travers une plate-forme d’échange sécurisée opérationnelle depuis le 02 juillet 2018.
Poursuivant sur les projets structurants réalisés et déployés par l’Agence, Karim Tajmouati a également cité la mise en place d’un nouveau référentiel géodésique; le réseau moderne GNSS permanent (30 stations à travers le Royaume) et le recours à l’imagerie satellite pour la production cartographique et des ortho-images.
Rappelons que les travaux de la 8ème Journée nationale de l’IGT étaient centrés sur la question de la valorisation foncière dans le monde rural à travers trois principales séances.
La première séance s’est focalisée sur quatre thématiques essentielles : Valorisation du foncier agricole : melkisation des terrains collectifs, Agriculture digitale, Accélérer l’immatriculation foncière rurale : objectifs, actions & mesures et Nouveaux chantiers de l’ONIGT pour accompagner les politiques nationales foncière, rurale et agricole.
La deuxième séance a été organisée en deux panels dont l’un a traité des « Enjeux et exploitations de la data agricole », alors que l’autre s’est attélé à cerner « L’offre exportable de la profession », avec un focus sur le développement rural. Quant à la troisième séance, elle a porté sur les « Ateliers technologiques » et les « Ateliers liés aux chantiers de l’ONIGT».
A noter que la tenue de cette 8ème édition  coïncide avec la célébration d’un quart de siècle de l’ONIGT. L’occasion aura ainsi été pour son président de dresser un bilan des activités de l’Ordre qui se veut globalement positif.
« Nous sommes fiers des avancées de la profession ces 25 dernières années. Nos réalisations et nos chantiers en sont le témoin vivant. En effet, outre la gestion réglementée de notre profession, l’Ordre a mis en place un encadrement de choix à travers plusieurs instruments normatifs modernes, tels que le Code des devoirs professionnels, le Contrat électronique, les Normes techniques et le Guide référentiel des honoraires », a rappelé Khalid Yousfi.
» Source de l'article: liberation

Autres articles