Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Le financement des TPME arrive

03.02.2020 - 19:41

Le dispositif dévoilé lors d’une cérémonie présidée par SM le Roi

Le projet royal portant sur la facilitation de l’accès des entreprises au financement prend forme. Cette orientation formulée par le Souverain lors du discours prononcé le 11 octobre 2019 en ouverture de la session parlementaire se concrétise. Le «programme intégré d’appui et de financement des entreprises», présenté lundi 27 janvier en audience royale, marque un nouvel élan pour les entités marocaines, notamment les très petites d’entre elles. Le programme se veut le fruit d’une synergie de tous les opérateurs, à leur tête le ministère de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration (MEFRA), Bank Al-Maghrib (BAM) et le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM).

Trois axes ont été définis dans ce sens, en l’occurrence le financement de l’entrepreneuriat, la coordination des actions d’appui et d’accompagnement de l’entrepreneuriat au niveau des régions ainsi que l’inclusion financière des populations rurales. Le déploiement de ce programme est marqué par la création d’un compte d’affectation spéciale (CAS) dans le cadre de la loi de Finances 2020. Il s’agit du Fonds d’appui au financement de l’entrepreneuriat doté d’une enveloppe de 6 milliards de dirhams répartie sur une durée de 3 ans. Ce Fonds sera financé à parts égales par l’État et le secteur bancaire.

Il a pour finalité de mobiliser d’importantes ressources financières qui permettront aux jeunes porteurs de projets et aux TPME d’accéder au financement et qui intégreront sur le plan économique et professionnel les travailleurs du secteur informel. Il est à noter que trois conventions ont été signées lors de cette audience. La première, conclue entre le MEFRA, BAM et GPBM, porte sur le financement de l’entrepreneuriat, notamment la définition du cadre global et les modalités d’utilisation des ressources du fonds d’appui.

La deuxième convention, signée scellée entre MEFRA, BAM, GPBM, CGEM et OFPPT, concerne la coordination des actions d’appui et d’accompagnement de l’entrepreneuriat au niveau des régions. Le dernier partenariat a été scellé par Crédit Agricole du Maroc et Barid Bank en faveur de l’inclusion financière de la population rurale.

Comment fonctionnera le Fonds d’appui au financement de l’entrepreneuriat ? 

Les ressources du Fonds seront allouées au financement des projets inscrits dans le cadre de l’objet du CAS, tels que fixés par la loi de Finances. Elles cibleront de façon prioritaire le secteur informel, les porteurs de projets, les auto-entrepreneurs, les start-up et les micro et très petites entreprises, en milieux urbain et rural.

La gouvernance du Fonds sera assurée, par ailleurs, par un comité de pilotage tripartite comprenant le ministre des finances (président), le wali de BAM, le président du GPBM et un comité technique composé des représentants des membres du comité de pilotage ainsi que de la Caisse centrale de garantie. Notons que les ressources reçues par le Fonds seront ordonnancées selon les modalités à convenir par le comité technique.

Les programmes financés par le Fonds feront l’objet d’un reporting périodique aux membres du comité de pilotage, selon un rythme trimestriel.

  IIs ont dit…

Mohamed Benchaaboun, ministre de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration

27.000 nouveaux postes à créer et 13.500 entreprises à accompagner

«Le département de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration (MEFRA) adoptera avec Bank Al-Maghrib et le secteur bancaire une approche plus volontariste, notamment en termes de simplification des procédures et de facilitation des conditions de garantie, avec l’annulation des garanties personnelles et de réduction des coûts de prêts».

C’est ce qu’a souligné Mohamed Benchaaboun dans son allocution devant le Souverain. Au titre de ce programme, 27.000 nouveaux postes d’emploi seront créés et 13.500 entreprises supplémentaires devront être accompagnées. A cet effet, le MEFRA procédera, avec BAM, à l’accélération de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de l’inclusion financière. Dans un premier temps, l’ensemble des acteurs œuvrera pour la réalisation de davantage de proximité dans le monde rural, à travers la mutualisation des capacités financières et humaines disponibles. Le but étant d’assurer la prestation de services bancaires grâce à une utilisation optimale des points de distribution. 

Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib

Un mécanisme de facilitation de l’accès des entreprises au financement sur les rails

Se référant à Abdellatif Jouahri, plusieurs mesures ont été prises par BAM en vue de faciliter l’accès des entreprises au financement. Ces mesures concernent la mise en place d’un mécanisme de refinancement illimité par BAM de tous les crédits bancaires accordés aux catégories évoquées par le Souverain dans ce discours, qu’il s’agisse de crédits d’exploitation ou d’investissement.

Ce mécanisme bénéficiera également aux financements adressés au secteur agricole et aux projets réalisés dans le milieu rural.

M. Jouahri a également évoqué lors de son intervention l’application d’un taux d’intérêt préférentiel de 1,25% dans le cadre du mécanisme de refinancement des banques des catégories cibles, soit 100 points de moins que le taux directeur de BAM, ce qui représente le taux d’intérêt le plus bas jamais appliqué par la banque centrale.

Othmane Benjelloun, président du Groupement professionnel des banques du Maroc

Les banques injectent 3 MMDH dans le Fonds d’appui

En sa qualité de président du GPBM, Othmane Benjelloun réitère l’engagement du secteur bancaire pour la réussite et la pérennisation d’un dispositif «spécial, rénové et harmonisé» d’appui et de financement des jeunes porteurs de projets et des PME. Le secteur bancaire s’engage, dans ce sens à contribuer à hauteur de 3 milliards de dirhams au «Fonds d’appui au financement de l’entrepreneuriat», ainsi que de mettre au service des jeunes porteurs de projets et des PME tout l’accompagnement dans la durée qu’ils requièrent, en termes de proximité, d’écoute, d’assistance à la structuration, de formation ou de conseil. Les banques s’engagent à  simplifier l’accès et l’usage des produits offerts, et ce grâce à des procédures allégées de constitution et de garantie, bénéficiant d’une gratuité, au départ, des frais de constitution des dossiers ainsi que de faibles taux d’intérêt, grâce à un taux de refinancement privilégié consenti aux banques par Bank Al-Maghrib. M. Benjelloun assure par ailleurs que les banques s’engagent aussi à ce que les délais de réponse aux entrepreneurs ne dépassent pas trois semaines.

Tarik Sijelmassi, président du directoire de Crédit Agricole du Maroc

Trois axes d’intervention déterminés entre CAM et Al Barid Bank

S’agissant de la convention de partenariat relative à l’inclusion financière des populations rurales, conclue entre Al Barid Bank et le Crédit Agricole du Maroc, Tarik Sijelmassi, président du directoire du CAM, indique que cet accord porte, en premier, sur la capacité de CAM et Al Barid Bank d’apporter des réponses financières aux problématiques des populations qui sont dans des régions éloignées et qui n’ont pas accès au financement bancaire par le reste du système financier. Le second axe est relatif à l’appui à l’inclusion financière par tous les moyens, notamment digitaux et non digitaux. Le 3ème pilier de ce partenariat concerne le financement spécifique de la TPME pour laquelle une nouvelle philosophie devrait être développée tout en tenant en compte à la fois de la volonté des jeunes de créer des emplois, de se développer et de profiter de l’ascenseur social. C’est dans ce sens qu’il a été procédé au lancement d’un programme qui s’appelle  Al Moustatmir Al Qaraoui : 5 années, 5 emplois». Ainsi, la banque accompagnera les jeunes entrepreneurs pour au moins 5 années. Elle prendra pour critère de réussite du projet la capacité de l’entrepreneur à créer 5 emplois.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles