Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

En inauguration de son cycle de e-conférences: Attijariwafa bank décortique les premiers enseignements du Covid-19

29.04.2020 - 13:04

Le confinement, bien qu’il soit vécu différemment par les classes sociales, s’avère encore une fois la meilleure riposte au Covid-19. D’ailleurs son adoption précoce au Maroc a agi significativement sur la courbe de croissance du virus.

Attijariwafa bank, à travers sa fondation, se penche sur les premiers impacts et les premiers enseignements de la crise sanitaire. Une e-conférence a eu lieu dans ce sens mardi inaugurant ainsi tout un cycle de rencontres digitales visant à décrypter les multiples impacts du Covid-19 sur le pays. Ayant pour thème «La société marocaine face au Covid-19 : impacts et premiers enseignements», cette rencontre a donné la parole à des experts pour décortiquer la conjoncture d’un point de vue sanitaire et social. On cite parmi les intervenants Jaafar Heikel, épidémiologiste et infectiologue, Allal Amraoui, chirurgien et ancien directeur régional de la santé, et Ahmed Ghayet, président de l’association Marocains Pluriels.

Ce panel s’est penché sur l’analyse des spécificités de l’expérience marocaine en termes de gestion de cette crise sanitaire. Premier élément salué : la réactivité des pouvoirs publics dans la prise de décisions adéquates dès les prémices de cette crise. «Grâce à cette batterie de mesures prises au Maroc la situation est aujourd’hui à peu près maîtrisée. Cette situation est due à un certain nombre de mesures précoces que l’on peut qualifier de courageuses. Cela nous a donné le temps de mieux nous prémunir et nous armer pour affronter d’éventuelles vagues qui peuvent survenir à n’importe quel moment. C’est pour cela qu’il faut redoubler de vigilance et respecter les mesures qui ont été prises», explique Allal Amraoui.
La vigilance est un point sur lequel insiste également le docteur Jaafar Heikel.

Le praticien souligne que «la situation épidémiologique n’est pas dramatique en termes de nombre mais nécessite beaucoup de prudence car nous avons évolué vers des phases qui aujourd’hui montrent que notre taux de reproduction (c’est-à-dire la capacité de produire de nouveaux cas dans notre population) reste quand même préoccupant». Et de poursuivre : «Bien que les mesures barrières, notamment le confinement, commencent probablement à donner leurs fruits, nous sommes toujours en pleine croissance de l’épidémie avec malheureusement de plus en plus de petits foyers. De ce fait, la population marocaine doit plus que jamais aider l’Etat et les professionnels de santé parce qu’on est en pleine croissance épidémique aujourd’hui». Le confinement, bien qu’il soit vécu différemment par les classes sociales, s’avère encore une fois la meilleure riposte au Covid-19. D’ailleurs son adoption précoce au Maroc a agi significativement sur la courbe de croissance du virus. Et pour renforcer l’efficacité de cette mesure, Ahmed Ghayet met l’accent sur la communication.

«Il faut être pédagogue, faire appel à l’intelligence de la population et expliquer le pourquoi et le comment du confinement et du port du masque. C’est tout un travail d’instruction et de sensibilisation à engager aussi bien sur les réseaux sociaux que sur le terrain», relève-t-on de M. Ghayet. Outre les politiques publiques, la deuxième leçon retenue de cette crise est la cohésion sociale. Les intervenants ont dans ce sens mis en exergue la solidarité populaire qui marque ce cap. Ce sont en effet les principaux enseignements tirés de ces premiers jours de crise. Une situation inédite qui vient changer les paradigmes de la société marocaine sur tous les plans.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles