Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Dakhla : 5.706 tonnes de poulpe débarquées au 15 avril

06.05.2020 - 19:47

Une valeur supérieure à 394,39 millions de dirhams

Arrivée à terme le 15 avril dernier, la campagne de pêche au poulpe a atteint 5.706 tonnes débarquées dans les sites relevant de Dakhla pour une valeur supérieure à 394,39 millions DH.
Entamée janvier dernier dans les provinces du Sud, la campagne d’hiver de pêche au poulpe a duré trois mois et demi. L’Office national de pêche en fait le bilan. Ainsi les débarquements enregistrés au niveau des quatre villages de pêche de Lassarga, Labouirda, Ntirifet et Imoutlane correspondent à 99,77% du quota global (5.720 t) fixé pour le segment de la pêche artisanale pour cette campagne qui a duré 105 jours.

S’agissant de la répartition de ce quota par site, la même source fait savoir que plus de 2.166 t de poulpes, soit une valeur de plus de 168,38 MDH, ont été débarquées au village de pêcheurs Lassarga, plus de 1.382 t à Labouirda (90,33 MDH), plus de 1.631 t à Ntirifit (102,16 MDH) et 526 t à Imoutlane (33,51 MDH).
Le prix moyen du kg de poulpe aux halles de poissons dans les quatre villages de pêche varie entre 62 et 78 DH, précise la même source, ajoutant que quelque 3.083 barques de pêche artisanale opèrent au niveau des quatre villages de pêcheurs, dont 1.169 à Lassarga, 746 à Labouirda, 884 à Ntirift et 284 barques à Imoutlane.

Le quota global de poulpe pour cette saison d’hiver est fixé à 22.000 tonnes, répartis sur les trois segments de pêcherie poulpière, 13.860 tonnes pour le segment hauturier, 2.420 tonnes pour le segment côtier et 5.720 tonnes pour le segment artisanal à Dakhla.
Pour rappel, la pêche au poulpe sera suspendue à compter du jeudi 16 avril jusqu’au 30 juin prochain sur tout le long du littoral marocain pendant toute la saison du printemps. Cette décision prise par le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime a pour objectif de protéger le stock parental. C’est une composante du plan d’aménagement de la pêcherie poulpière et qui s’inscrit parfaitement dans le cadre de la stratégie Halieutis.

La durée de cette suspension peut être révisée en fonction de l’évolution des indicateurs biologiques de cette pêcherie menée par l’Institut national de recherche halieutique (INRH). Aucun pourcentage de poulpe n’est toléré pour les trois segments de pêche hauturière, côtière, et artisanale.
Notons que la pêcherie poulpière a été la première pêcherie qui a fait l’objet d’un plan d’aménagement depuis 2001 et qui a été révisé en 2004 avec l’introduction de plusieurs nouvelles dispositions dont la réduction de l’effort de pêche artisanale et côtière et l’application du système des quotas individuels dans le segment hauturier et artisanal en plus de nouvelles mesures techniques de préservation des juvéniles.

Alors que le nouveau plan d’aménagement adopté en 2012 a apporté de nouvelles mesures dont : la réalisation de campagnes de prospection par l’INRH, les fermetures saisonnières et la gestion de la capacité de pêche, l’organisation de la pêche artisanale ainsi que le suivi et le contrôle des captures.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles