Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Scoring Board : De l’innovation mesurée désormais dans les pays du Sud de la Méditerranée

13.05.2020 - 15:13

C’est à Marseille que vient d’être lancé le premier tableau de bord de l’innovation concernant les pays du sud de la Méditerranée. Le Femise a créé The Next Society, une communauté d’acteurs pour justement mesurer l’innovation dans cette région. Le Maroc en fait partie. Les détails.

C’est fait. Le forum euro-méditerranéen des Instituts des sciences économiques (FEMISE) a lancé le premier tableau de bord de l’innovation, adapté aux pays du Sud de la Méditerranée. C’est dans cette optique que The Next Society a été créée. Concrètement, 78 indicateurs pour mesurer l’innovation dans la région ont été répertoriés et chacune des innovations identifiées sera mesurée selon ce mode de scoring. The Next Society est une communauté d’acteurs du changement ouverte à tous ceux engagés dans l’innovation et le développement économique. L’entité réunit des entrepreneurs, des investisseurs, des ONG, des pôles de développement économique et d’innovation et de recherches publics et privés d’Europe et de 7 pays méditerranéens, à savoir le Maroc, l’Egypte, la Tunisie, l’Algérie, la Palestine, la Jordanie et le Liban.

Cette communauté sera dirigée par Anima Investment Network qui vise à mobiliser, promouvoir et renforcer les écosystèmes d’innovation et le développement économique dans la région MENA. Pour en arriver à ce stade, les initiateurs de The Next Society avaient déjà lancé un plan d’action de quatre ans (2017-2020), cofinancé par l’UE à hauteur de 90% pour un budget global de 7,8 millions d’euros. Ce dernier vise à soutenir l’émergence de talents et de leaders innovants en ciblant les startups, les clusters et les bureaux de transfert de technologie pour accompagner leur développement. Le 7 mai dernier à Marseille, le lancement du premier tableau de bord de l’innovation dans les pays du Sud de la Méditerranée a été acté. L’initiative de créer de la i-data dans la région se justifie par l’absence de données dans ce domaine justement.
Les analystes sont partis du fait que soit les données sur l’innovation dans la région du Sud de la Méditerranée sont absentes, soit difficiles à obtenir. «Pour la région sud-méditerranéenne, seulement quelques pays sont couverts dans les score boards internationaux de l’innovation comme le Global Innovation Index (GII) et les indicateurs d’innovation du World Competitiveness Report (WCR). Ce n’est que récemment que l’Égypte et Israël ont été inclus dans les perspectives de la science, de la technologie et de l’innovation publiées par l’OCDE», argumentent les porteurs du programme.

A propos d’Anima Investment Network

Anima Investment Network est un réseau international de développement économique qui œuvre dans la promotion et le développement de la Méditerranée.

Il réunit 80 membres dans 18 pays de la zone euro-méditerranéenne et fédère des agences gouvernementales nationales et régionales de promotion des investissements et de développement économique, des fédérations d’entrepreneurs, des pôles d’innovation, des investisseurs et des instituts de recherche.

The Next Society a ainsi développé un tableau de bord de l’innovation adapté aux spécificités des pays méditerranéens et capable de répertorier et de comparer leurs performances en matière d’innovation. Les 78 indicateurs offrent ainsi une information détaillée sur le niveau de performance en innovation des pays méditerranéens en regard du contexte régional et comprennent des données publiées par des organisations internationales, des données d’enquête qui ont été menées par différentes organisations et des données calculées à partir de bases de données brutes.
Les 78 indicateurs sont classés selon les 3 phases principales du processus de mesure de l’innovation. La phase d’entrée est celle qui comprend les indicateurs liés à l’environnement de base, à l’investissement en capital humain et à la recherche & développement. La phase du processus indique que tous les ingrédients fonctionnent ensemble dans un environnement défini. Cette étape comprend des indicateurs liés à l’utilisation de technologies avancées, la formation et la R&D au niveau des entreprises. Enfin, la phase de production représente le résultat du processus d’innovation et les différents canaux par lesquels les produits et les idées innovants sont diffusés.

Conçu sous un modèle interactif, le tableau de bord est convivial à l’accès des données. Il permet aussi de favoriser la compréhension par l’ensemble de la population des pays de la région.
Concrètement, l’utilisateur aura juste à sélectionner le stade d’innovation qui l’intéresse pour obtenir pour chaque catégorie un graphique montrant le résultat des différents indicateurs associés.
Il pourra aussi sélectionner le pays ou les pays parmi les 7 Etats couverts par le tableau de bord pour consulter leurs performances et les comparer avec la moyenne régionale. Les enjeux sont clairs. Le monde qui traverse une crise sans précédent aura tout à gagner à chercher toutes les opportunités pour se démarquer. La quête de nouveaux marchés ou de nouvelles alliances confirme en effet l’intérêt d’avoir une telle visibilité sur l’innovation dans les pays du sud de la Méditerranée.

La reconfiguration de l’échiquier géostratégique est en route… Dans leurs dernières recommandations, les experts de la Banque mondiale placent l’innovation parmi les principaux axes à retenir dans une relance économique. Le Maroc devra se positionner d’autant plus que son plan de riposte a été fortement applaudi par différents Etats. Les innovations tant dans les respirateurs artificiels que les drones ou les panneaux de désinfection (même s’ils ont été retirés du marché) ont démontré que l’innovation ne manque pas au pays ! Il s’agit de la valoriser et d’identifier les idées novatrices. Il existe désormais un tableau de bord pour créer de la visibilité.

A propos du Femise

Le Femise, Forum euro-méditerranéen des Instituts de sciences économiques, est un réseau Euromed créé en juin 2005 en tant qu’ONG -sous la loi française de 1901-, après 8 ans d’activités. Le réseau compte plus de 100 membres d’instituts de recherche économique, représentant les 37 partenaires du processus de Barcelone et de la Politique européenne de voisinage (PEV). Le Femise est coordonné par l’Economic Research Forum (ERF) en Egypte et l’Institut de la Méditerranée (IM) en France.

Le réseau vise à fournir des recherches pertinentes pour les politiques sur des questions importantes pour la région UE-Med, à établir des dialogues entre les différentes parties prenantes et à diffuser les résultats aux communautés plus larges et aux décideurs politiques.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles