Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Transport : Voici les documents qu’il faut présenter au contrôle

25.06.2020 - 14:25

Autocars, transport touristique, trains de retour à partir du 25 juin

Les activités de transport en commun des voyageurs par autocars et du transport touristique redémarrent à partir du 25 juin. C’est ce qu’a précisé le ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau lundi dans un communiqué. Ce retour est néanmoins conditionné par les spécificités des zones de déconfinement 1 et 2.

Les détails.

Papiers disponibles à bord du véhicule

Afin d’assurer la protection de tous contre la propagation de cette pandémie, le ministère a établi une série de mesures opérationnelles. Un cahier des charges destiné aux entreprises du transport et leurs employés a été mis en place et un autre pour les gares routières (www.equipement.gov.ma). Le site web du ministère contient tous les dispositifs et mesures préventifs à respecter par les transporteurs, les responsables des gares, les employés travaillant dans ces types de transports ainsi que les voyageurs. Dans son communiqué, le ministère précise que ces documents, paraphés et signés, constituent pour les transporteurs touristiques et les professionnels du transport en commun de voyageurs par autocars une autorisation exceptionnelle pour la reprise de l’activité du transport en commun de voyageurs dans les zones susmentionnées et doivent donc être disponibles à bord du véhicule pour le contrôle.

Trajet, lignes et cas d’exception

Dans le même sens, il est obligatoire pour ce qui est des lignes de transport reliant deux points dans la zone 1, et les lignes de transport en provenance de la zone 1 à destination de la zone 2, de garder les horaires initiaux de chaque point dudit trajet dans la fiche d’autorisation ou dans la fiche du trajet de la ligne. Si le trajet de l’autorisation passe par des points de transit répartis dans la zone 2, l’embarquement à partir de ces points n’est pas permis exception faite aux personnes disposant d’une autorisation professionnelle (à savoir un ordre de mission), ou d’une autorisation exceptionnelle, donnée par les autorités locales pour des raisons de déplacement en dehors du territoire de la préfecture ou la province dont relèvent ces points. Pour les lignes de transport venant de la zone 2, les professionnels devront donc garder les horaires initiaux de chaque point dudit trajet dans la fiche d’autorisation ou dans la fiche du trajet. De même, les passagers doivent disposer d’une autorisation professionnelle (ordre de mission), ou d’une autorisation exceptionnelle. Ce document est délivré par les autorités locales pour des raisons impérieuses pour se déplacer en dehors du territoire de la préfecture ou la province, lors du départ ou de l’embarquement des voyageurs à partir des points relevant de cette zone, indique la même source.

Respecter 50% de capacité et avoir la liste des passagers avec n° CIN

Le taux de 50% maximum de la capacité du véhicule devra être respecté. Les professionnels doivent disposer obligatoirement à bord des autocars et pour chaque voyage d’une liste contenant les informations des passagers, en particulier le numéro de la carte d’identité nationale ainsi que le nom, le prénom et le numéro de téléphone. Cette liste doit être faite en trois copies par les guichetiers des gares routières (à savoir le bureau de vente de tickets) pendant l’opération de vente des tickets de voyage. Ainsi, la première copie sera présentée au responsable de la gare routière, la deuxième au conducteur de l’autocar alors que la troisième copie sera gardée par le guichet.

Concernant les autocars autorisés à transporter des passagers au cours du trajet, ils doivent mettre à jour cette liste à chaque point d’embarquement en respectant la capacité maximale de 50%. Par ailleurs, l’entreprise du transport doit garder toutes les listes et les archiver (durée d’un mois minimum après la date de chaque voyage). Le transport touristique est soumis aux mêmes conditions (paraphe, signature et archivage du cahier des charges relatif aux entreprises du transport routier en commun de personnes, la disponibilité à bord du véhicule pour le contrôle). Les professionnels doivent respecter le taux de 50% maximum de la capacité du véhicule et disposer du numéro de la carte d’identité nationale et le numéro de téléphone des voyageurs. Ces informations doivent être dans le manifeste du transport de touristes et présentées au point de contrôle. Notons que le ministère met à la disposition des acteurs du transport et des citoyens le numéro 4646 pour répondre à leurs questions ou pour déposer leurs plaintes concernant les violations observées.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles