Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Trois régions ont créé 58,7% de la richesse nationale en 2018

08.09.2020 - 23:13
Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de dévoiler les résultats des comptes régionaux pour l’année 2018. Il en ressort que les trois régions de Casablanca-Settat, de Rabat-Salé-Kénitra et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima ont créé 58,7% de la richesse nationale. La première région concentrait 32,3% de la richesse nationale, la deuxième représentait 15,6% alors que la troisième 10,8%, a précisé l’institution publique dans une note d’information. Selon les données relatives à l’étude réalisée par le Haut-commissariat, cinq régions ont généré 34,2% du produit intérieur brut (PIB). Il s’agit des «régions de FèsMeknès et de Marrakech-Safi avec 8,4% chacune, la région de SoussMassa avec 6,7%, de Béni MellalKhénifra avec 5,7% et de l’Oriental avec 4,9%», a relevé l’institution dans sa note. La même source révèle également que les régions de Drâa-Tafilalet et les trois régions du Sud ont contribué pour 7% à la création du PIB en valeur, avec 2,5% et 4,5% respectivement. Le Haut-commissariat estime, dans ces conditions, que les disparités en termes de création de la richesse entre les régions se sont accentuées. L’écart absolu moyen (la moyenne des écarts absolus entre le PIB des différentes régions et le PIB régional moyen) est passé de 60,4 milliards de DH en 2017 à 62,7 milliards en 2018. Pour rappel, l’économie nationale a enregistré, cette année-là, un produit intérieur brut (PIB) en volume de 1096,5 milliards de DH avec une croissance économique de 3,1% par rapport à l’année 2017. A propos de la croissance, les résultats de l’étude du HCP ont montré qu’en volume, les comptes régionaux de 2018 font ressortir des disparités au niveau des taux de croissance du PIB entre les régions. Il ressort, en effet, des données recueillies que cinq régions ont enregistré des taux de croissance supérieurs à la moyenne nationale (3,1%), a relevé le Haut-commissariat précisant qu’il s’agit des régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (7,6%), de Souss-Massa (6,8%), de Laâyoune-Saguia Al Hamra (6,7%), de Guelmim-Oued Noun (4,3%) et de l’Oriental (4,2%). Selon ces mêmes chiffres, «les régions de Casablanca-Settat et de Marrakech-Safi ont marqué des taux de croissance, proches de la moyenne nationale, de 3,4% et 3,2% successivement», a fait savoir le HCP soulignant que les cinq régions restantes ont réalisé des taux de croissance inférieurs à la moyenne nationale ; allant de 2,8% dans la région de Drâa-Tafilalet à – 0,7% dans la région de RabatSalé-Kénitra. Sans surprise, la région de Casablanca-Settat dont la contribution à la croissance du PIB a été de 1,1 point représentait 34,9% de la croissance nationale en 2018, alors que celle de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a participé pour un quart à la croissance du PIB en volume, soit 0,8 point. Quant aux dix régions restantes, l’étude a montré qu’elles ont contribué pour 40% à la croissance enregistrée en 2018, ce qui correspond à 1,3 point. Selon la répartition du PIB régional par secteur d’activité, la contribution des activités primaires (agriculture et pêche) à la création de la richesse a dépassé, dans la majorité des régions, la moyenne nationale (12,2% du PIB). «Ces activités ont contribué pour 28% au PIB de la région de Dakhla-Oued-Ed-Dahab, 21,1% au PIB de la région de Fès-Meknès, 20,3% au PIB de la région de Drâa-Tafilalet, et 18,6% au PIB de la région de Souss-Massa et de Béni Mellal-Khénifra», a indiqué le HCP soulignant que la région de Casablanca-Settat a affiché, de son côté, la part la plus faible avec 5,4%. S’agissant des activités secondaires (industrie, mines, électricité et eau et bâtiment et travaux publics), l’étude du Haut-commissariat a montré que quatre régions ont affiché des parts supérieures à la moyenne nationale qui était de 25,9% du PIB en 2018. Il s’agit des régions de Casablanca-Settat et de Béni MellalKhénifra avec 34,9%, la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec 32,2% et celle de Laâyoune-Saguia Al Hamra avec 30,3%, selon la note du HCP. Quant aux activités tertiaires (services marchands et non marchands), qui ont créé la moitié de la richesse nationale en 2018 (50,1%), les analyses du Haut commissariat concluent que «les régions de Guelmim-Oued Noun, de Dakhla-Oued-Ed-Dahab et de Rabat-Salé–Kénitra ont présenté des structures économiques dominées par les activités des services, avec des parts largement supérieures à la moyenne nationale, respectivement de 69,6%, 61,8% et 60,8%». Soulignons toutefois que ces trois régions ont affiché les parts les plus faibles relatives à la participation des activités secondaires à la création de la richesse régionale, a conclu le Haut-commissariat. 
» Source de l'article: liberation

Autres articles