Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Croissance régionale, contribution à la richesse nationale, PIB par habitant, dépenses des ménages… Le HCP livre son constat

08.09.2020 - 22:04

«Aux prix courants, les trois régions de Casablanca-Settat, de Rabat-Salé-Kénitra et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima ont créé 58,7% de la richesse nationale, avec 32,3%, 15,6% et 10,8% respectivement»

Les régions contribuent fortement à la richesse nationale. Néanmoins, il s’avère que les disparités en termes de création de richesse entre régions se sont creusées. «L’écart absolu moyen (la moyenne des écarts absolus entre le PIB des différentes régions et le PIB régional moyen) est passé de 60,4 milliards de dirhams en 2017 à 62,7 milliards en 2018», indique le HCP dans sa dernière note d’information relative aux comptes régionaux 2018. Les détails.

Croissance régionale et contribution au PIB

Au niveau de la croissance, il ressort que cinq régions ont enregistré des taux de croissance plus élevés que la moyenne nationale (3,1%), à savoir: Tanger-Tétouan-Al Hoceima (7,6%), Souss-Massa (6,8%), Laâyoune-Sakia El Hamra (6,7%), Guelmim-Oued Noun (4,3%) et l’Oriental (4,2%). Alors que les taux marqués dans les régions de Casablanca-Settat et de Marrakech-Safi s’approchent de la moyenne nationale, de 3,4% et 3,2% respectivement. En revanche, les cinq régions restantes ont réalisé des taux de croissance plus bas que la moyenne nationale ; allant de 2,8% dans la région de Drâa-Tafilalet à -0,7% dans la région de Rabat-Salé-Kénitra. «34,9% de la croissance nationale est à mettre à l’actif de la région de Casablanca-Settat dont la contribution à la croissance du PIB a été de 1,1 point», relève la même source ajoutant que la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a participé pour un quart à la croissance du PIB en volume. Quant aux dix régions restantes, elles ont contribué pour 40% de la croissance enregistrée en 2018. «Aux prix courants, les trois régions de Casablanca-Settat, de Rabat-Salé-Kénitra et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima ont créé 58,7% de la richesse nationale, avec 32,3%, 15,6% et 10,8% respectivement», indique-t-on. Sur le même registre, cinq régions ont généré 34,2% du PIB. Il s’agit de Fès-Meknès et de Marrakech-Safi avec 8,4% chacune, Souss-Massa (6,7%), Béni Mellal-Khénifra (5,7%) et l’Oriental (4,9%). Du côté des régions de Drâa-Tafilalet et les trois régions du sud, celles-ci ont participé à hauteur de 7% à la création de PIB en valeur, avec 2,5% et 4,5% successivement.

PIB régional : Voici ce que chaque secteur apporte

Pour ce qui est des activités primaires, à savoir l’agriculture et pêche, on notera qu’elles ont généré 12,2% du PIB au niveau national sur la même période. «La contribution de ce secteur à la création de la richesse a dépassé, dans la majorité des régions, cette moyenne nationale», précisent les experts du Haut-Commissariat au Plan. Dans le détail, ces activités ont participé pour 28% au PIB de la région de Dakhla-Oued-Eddahab, 21,1% au PIB de la région Fès-Meknès, 20,3% au PIB de la région de Drâa-Tafilalet, et 18,6% au PIB de la région de Souss-Massa et de Béni Mellal-Khénifra. En revanche, la région de Casablanca-Settat affiche la part la plus faible avec 5,4%. Concernant les activités secondaires, c’est-à-dire l’industrie, les mines, l’électricité et l’eau, le bâtiment et les travaux publics, elles ont généré 25,9% du PIB au niveau national en 2018. Quatre régions ont enregistré des parts supérieures à cette moyenne. Cela concerne les régions de Casablanca-Settat et de Béni Mellal-Khénifra (34,9%), la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (32,2%) et celle de Laâyoune-Sakia El Hamra (30,3%). Par ailleurs, les services marchands et non marchands (tertiaires) ont contribué à plus de la moitié de la richesse nationale en 2018 (50,1%). Ainsi, les régions de Guelmim-Oued Noun, de Dakhla-Oued-Eddahab et de Rabat-Salé–Kénitra ont présenté des structures économiques dominées par les activités des services, avec des parts largement supérieures à la moyenne nationale, successivement de 69,6%, 61,8% et 60,8%.

Le PIB par habitant au niveau national dépasse 31.000 DH

Par habitant, le PIB au niveau national est de 31.473 DH en 2018 au niveau national. Il s’avère sur cette période que six régions ont présenté un PIB par habitant dépassant cette moyenne nationale, à savoir les régions de Dakhla-Oued Eddahab (85.669 DH), de Casablanca-Settat (49.654 DH), de Laayoune-Sakia El Hamra (49.275 DH), de Rabat-Salé-Kénitra (36.218 DH), de Guelmim-Oued Noun (36.157 DH), et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (32.114 DH). Dans les autres régions, le PIB par habitant se place entre 16.747 DH, enregistré dans la région de Drâa-Tafilalet et 26.479 DH dans la région de Souss-Massa. «La dispersion du PIB par habitant est en augmentation. L’écart absolu moyen est passé de 12.680 DH en 2017 à 13.106 DH en 2018», souligne la même source.

Dépenses de consommation des ménages par région

Au niveau national, les régions de Casablanca-Settat et de Rabat-Salé-Kénitra affichent une part de 39,8% des dépenses de consommation finale des ménages (DCFM), avec 25% et 14,8% respectivement. Pour ce qui est des régions Fès-Meknès, Tanger-Tétouan-Al Hoceima et Marrakech-Safi, elles détiennent une part de 34,4% des dépenses de consommation finale des ménages, répartie successivement à 11,7%, 11,5% et 11,2%. Dans ce sens, les sept régions restantes ont participé pour environ un quart (25,9%) aux dépenses de consommation des ménages. Leurs apports sont compris entre 0,7% pour la région de Dakhla-Oued-Eddahab et 7,2% pour la région de Souss-Massa. Par conséquent, les disparités des dépenses de consommation se sont légèrement accentuées. «L’écart absolu moyen entre la DCFM des différentes régions et la DCFM régionale moyenne a atteint 34,4 milliards DH en 2018 au lieu de 33 milliards DH en 2017», peut-on lire. Et d’ajouter : «Rapportées à la population, les dépenses de consommation finale des ménages affichent des niveaux supérieurs à la moyenne nationale (18.081 DH en 2018) dans six régions. Il s’agit des régions de Dakhla-Oued-Eddahab (26.075 DH), Casablanca-Settat (22.028 DH), Rabat-Salé-Kénitra (19.711 DH),Tanger-Tétouan-Al Hoceima (19.624 DH), Laâyoune-Sakia El Hamra (19.316 DH) et de l’Oriental (18.655 DH)». Par ailleurs, les dépenses de consommation par habitant dans les autres régions passent d’un minimum de 12.633 DH (Drâa-Tafilalet) à 17.132 DH (Fès-Meknès). Par conséquent, la dispersion des dépenses de consommation finale des ménages par tête affiche une légère amélioration. Enfin, l’écart absolu moyen est passé de 2.733 DH en 2017 à 2.856 DH en 2018.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles