Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Indice du commerce extérieur du HCP : Le Maroc importe moins cher

29.09.2020 - 13:12

Le Haut-Commissariat au Plan le confirme.

L’indice des valeurs unitaires à l’importation au deuxième trimestre affiche une nette régression par rapport au même trimestre de l’année précédente. La baisse relevée dans la récente note de conjoncture du HCP relative à l’Indice du commerce extérieur (ICE) est évaluée à 6,4%. Elle résulte principalement de la diminution des valeurs unitaires de l’énergie et lubrifiants. Ces dernières ont fléchi de 37,7%. Il en est de même pour les produits bruts d’origine minérale dont la valeur unitaire a affiché une contraction de l’ordre de 43,3% au deuxième trimestre. Celle des demi-produits a accusé un repli de l’ordre de 3,7% au deuxième quart de l’année.

Par ailleurs, le Haut-Commissariat au Plan constate une amélioration de l’indice des valeurs moyennes de l’alimentation, boissons et tabacs. L’augmentation est estimée à 4,4% en glissement annuel. S’agissant des produits finis de consommation, la hausse des valeurs moyennes est évaluée à 2,1% au moment où celles des produits finis d’équipement industriel se sont améliorées de 1,3%.

Se référant au HCP, ces hausses ont permis d’atténuer la baisse de l’indice global des importations. Pour ce qui est de l’indice des valeurs unitaires à l’exportation, la note de conjoncture du HCP met en évidence une baisse de 2% au titre du deuxième trimestre 2020 par rapport à la même période de l’année précédente. Cette régression s’explique essentiellement par la diminution des valeurs unitaires des «demi-produits» de 10,8%. Même constat pour les exportations des «produits bruts d’origine minérale» dont les valeurs unitaires ont fléchi de 16,1% au deuxième trimestre contre un repli de 12,3% de celles de l’«énergie et lubrifiants» et de 5,3% pour les «produits finis d’équipement agricole».

Le Haut-Commissariat au Plan souligne, en parallèle, une augmentation de 3,1% des valeurs unitaires des exportations des «produits finis de consommation», de 16,7% des «produits bruts d’origine animale et végétale» et de 1,6% pour l’«alimentation, boissons et tabacs».

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles