Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Après 7 mois d’arrêt quasi total : Les acteurs de l’évènementiel crient leur désarroi

08.10.2020 - 13:15

Les acteurs de l’événementiel sont bien décidés à faire entendre leur voix. Après environ 7 mois de suspension de leurs activités en raison du confinement puis des mesures restrictives qui s’en sont suivies, le secteur est à l’agonie.

Néanmoins, les professionnels gardent espoir suite notamment au contrat programme signé avec le ministère de l’industrie le 5 octobre 2020 à Rabat, lors de la 10ème réunion du CVE (Comité de veille économique).
Partant de là, les opérateurs ont organisé le 6 octobre 2020 en partenariat avec le Bureau Veritas une simulation d’un événement dans des conditions réelles à l’Hôtel Hyatt Regency de Casablanca. L’objectif étant de montrer leur capacité à tenir des manifestations de tout genre dans le contexte de Covid-19, en respectant les mesures sanitaires.
Cet exercice vise à convaincre le ministère de la santé et le ministère de l’intérieur de valider le protocole sanitaire dédié à l’événementiel élaboré dès juillet par le Groupement professionnel des prestataires de l’événementiel (GPPEM) en collaboration avec le Bureau Veritas, le ministère de l’industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique et Imanor. En effet, l’autorisation d’événements de 50 à 100 personnes reste aujourd’hui une solution qui pourrait aider les opérateurs à s’en sortir et éviter la perte de plus de 100.000 emplois. Les détails.

Un capital immatériel à sauver

Au cours de cette simulation d’événement, Aziz Bouslamti, président du GPPEM, a expliqué que cela fait trois mois maintenant que ledit protocole a été élaboré appelant à cette occasion le ministère de l’intérieur et le ministère de la santé à donner leur feu vert pour la reprise des activités afin de permettre une relance rapide du secteur. «Si l’industrie et le commerce ont été autorisés suite à l’établissement d’un protocole sanitaire, pourquoi pas l’événementiel ? Est-ce que les rassemblements que nous voyons dans les cafés et les restaurants ne sont pas similaires à ceux qu’on peut voir dans le cadre d’un évènement ? Toutes ces interrogations restent à ce jour sans réponse», relève-t-il ajoutant que ce n’est qu’en reprenant les activités dans les plus brefs délais que l’expertise développée par les professionnels en un quart de siècle pourra être secourue.
«Le secteur de l’événementiel est un média au service de la marque Maroc et du label du made in Morocco. Sa disparition poussera les donneurs d’ordre publics et privés à faire appel à des opérateurs étrangers comme par le passé, ce qui alourdira la balance commerciale du Maroc. Je reste convaincu que le SOS que je lance ici même sera entendu par les responsables», estime-t-il. Resté longtemps sans ministère de tutelle, les professionnels de l’événementiel se félicitent par ailleurs du soutien désormais apporté par le département de l’industrie. Pour eux, cette signature ouvre la voie à d’autres contrats programmes qui seront mis en place dans les jours qui suivent.

Le protocole de sécurité sanitaire finalisé

Journées d’études, conférences, séminaires… chaque événement a des spécificités particulières et des contraintes dont les organisateurs doivent prendre en compte pour se conformer aux mesures barrières et aux consignes de sécurité.
En tant qu’organisme de certification et de contrôle, le Bureau Veritas a accompagné le GPPEM dans la mise en place du protocole de sécurité sanitaire adapté à l’industrie de l’évènementiel. A cet égard, Amina Oumoha, directrice marketing et commerciale du Bureau Veritas au Maroc, a évoqué quelques éléments de ce protocole dont le processus a été lancé depuis le mois de mai aboutissant à un référentiel au mois de juillet. Il couvre l’ensemble des points de contrôle qui se comptent à 83 et englobent l’ensemble des parties prenantes et des acteurs qui interviennent dans un événement, à savoir l’organisateur, le prestataire, et le visiteur.
Le protocole concerne la phase pré-événement (audit préliminaire) et comprend les vérifications (audit) sur site en deuxième phase, avant d’accorder un label.

50% du chiffre d’affaires du Hyatt Regency Casablanca impacté

Abritant cette simulation d’événement, l’Hôtel Hyatt Regency s’est trouvé fortement impacté par l’arrêt des activités liées à l’événementiel durant toute cette période. «L’évènementiel représente plus de 50% du chiffre d’affaires du Hyatt Regency», relève Sophie Leroy, directrice marketing et commerciale du Hyatt Regency. Le mois d’octobre est un mois où sont organisés les grand congrès permettant de réaliser du chiffre d’affaires sur l’hébergement, la restauration et les salles de réunion. Notons que l’hôtel a le droit d’organiser des événements pour un maximum de 20 personnes par salle.

5.000 agences et prestataires touchés

Le Maroc a une longue tradition en termes d’organisation d’évènements qui trouve son origine historique dans les moussems. Au fil du temps l’activité s’est développée, notamment ces 25 dernières années qui ont permis de créer un écosystème moderne au rayonnement international. Cet écosystème est aujourd’hui garant de l’organisation d’évènements nationaux et internationaux qui contribuent à la promotion du «made in Morocco» et de la marque Maroc, selon le GPPEM. Avec la crise actuelle, l’activité se trouve fragilisée et avec elle 30 secteurs et métiers intégrés. Il s’avère que plus de 5.000 agences et prestataires sont affectés. Sans parler de pas moins de 190.000 emplois directs et indirects qui sont menacés par l’impact de la Covid-19.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles