Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Phosphate Days : Un franc succès pour l’édition digitale

19.10.2020 - 13:03

Clap de fin pour la seconde édition des Phosphate Days. Cet événement organisé par l’Université Mohammed VI polytechnique (UM6P) et Phoresnet, du 13 au 17 octobre, a connu un franc succès et ce malgré les restrictions liées à la crise sanitaire.

S’étant déroulée en ligne, cette édition a capté pas moins de 1.445 participants issus de 25 pays. Elle est venue, par ailleurs, positionner le Maroc à l’avant-garde de la recherche et de l’innovation dans le domaine des Phosphates. En effet, tous les ingrédients sont réunis pour faire du Royaume un leader en termes d’innovation autour des phosphates. C’est d’ailleurs ce que confirme Abdelaâli Kossir, directeur du bureau de transfert de technologie de l’Université Mohammed VI polytechnique, coordinateur de Phoresnet et co-président de la conférence, lors d’un point de presse tenu vendredi pour dresser un premier bilan de la manifestation. Selon M. Kossir, le Maroc, qui dispose des premières réserves mondiales de phosphates, ambitionne de devenir le premier pays en termes de production scientifique et d’innovation sur ce segment, en soulignant le rôle important que joue la recherche & développement dans la compétitivité des entreprises et le développement des nations. «Elle est au cœur même de la création de valeur et de la croissance durable», précise-t-il.

Le transfert technologique au cœur du débat

Après une première édition réussie en 2018, les Phosphate Days ont réussi à s’imposer comme étant un carrefour d’échange et de promotion des inventions et nouvelles découvertes portées par des jeunes du monde entier. L’édition de cette année a établi un focus sur le transfert technologique. «Nous avons souhaité encourager les jeunes marocains et étrangers à intégrer le transfert technologique en s’ouvrant à l’écosystème industriel à travers des formations et un concours, en privilégiant les projets ayant atteint un certain stade de maturité», peut-on relever de M. Kossir. Et de poursuivre qu’«à l’UM6P, les projets de recherche sont conçus pour que leurs résultats puissent être appliqués dans le domaine industriel pour mettre le Maroc et l’Afrique au diapason de l’innovation et du développement technologique». En effet, le concept du transfert de technologie porte sur le potentiel d’application de l’innovation. L’ambition étant de créer de la valeur à travers la recherche. Ainsi, les chercheurs sont dans l’obligation de rendre des travaux utiles qui peuvent être transférés pour l’intérêt du pays et de la communauté. Ce transfert passe soit par la création de startup ou par la cession des résultats de recherches aux industriels spécialisés pour leur concrétisation. Le transfert technologique a été au cœur des Young Researchers Day, principal temps fort des Phosphate Days. Cette étape a permis de rassembler pendant deux jours de jeunes doctorants et post-doctorants afin de renforcer leurs connaissances en matière d’entrepreneuriat et de transfert technologique. La finalité étant de promouvoir la valorisation de leurs résultats de recherche, ainsi que leur application industrielle. Les participants ont ainsi bénéficié de sessions de formation leur permettant d’améliorer leurs compétences dans un large éventail de domaines liés à l’innovation et l’entrepreneuriat. Ils ont par ailleurs présenté leurs résultats de recherche devant un jury d’experts. Les meilleurs projets sélectionnés vont bénéficier d’un accompagnement pour le transfert technologique et l’industrialisation desdits résultats.

D’importantes personnalités partagent leur vision

Les Phosphate Days ont été par ailleurs marquées par l’organisation de l’International Conference on Phosphates. Ces rencontres qui se sont déroulées sur trois jours ont permis d’apporter des éclairages sur les enjeux de la recherche sur les phosphates et les applications associées.
Des personnalités de renom ont animé ce débat. Citons à titre d’exemple Ahmed Tidiane Souaré, ancien Premier ministre et actuel conseiller du président de la Guinée ayant développé le potentiel de l’Afrique en matière de ressources minérales et les perspectives de développement de l’industrie minière en Afrique, ou encore Ahmed Djebbar, ancien ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique d’Algérie ayant rappelé le rôle qu’a joué le Maghreb dans le développement de la science pendant plusieurs siècles à l’âge d’or de la civilisation islamique et a invité les jeunes à prendre le relais en s’intéressant plus aux filières scientifiques et à la recherche.
Ces rencontres ont été par ailleurs une occasion de souligner l’importance des synergies entre industriels, scientifiques et ingénieurs du monde entier et ce dans la perspective d’identifier les innovations les plus récentes qui pourront avoir un impact sur le développement socio-économique des territoires et la protection de l’environnement.

 

 

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles