Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Transport et logistique : La crise sanitaire, un vecteur de changement

20.11.2020 - 13:06

Malgré l’incertitude ayant marqué le paysage économique durant toute cette période, le secteur du transport et de la logistique a pu faire face à la crise sanitaire avec agilité et résilience. Les transporteurs et logiciens ont pu relever le défi d’un contexte caractérisé par de fortes perturbations des flux économiques.

La crise sanitaire a entraîné des ruptures dans l’ensemble des secteurs économiques. Cette conjoncture a démontré des fragilités à plusieurs niveaux poussant ainsi les décideurs à repenser les modes de gestion.
Les principes de fonctionnement et les concepts de base sur lesquels étaient bâtis jusque-là beaucoup de secteurs d’activité ont été chamboulés. Le secteur du transport et logistique en fait partie. La tendance au Maroc ne diffère pas de celles des pays voisins. Le secteur, abstraction faite des difficultés qu’il endure, a été présent avec force en cette conjoncture.

Agilité et résilience au rendez-vous

Malgré l’incertitude ayant marqué le paysage économique durant toute cette période, le secteur du transport et de la logistique a pu faire face à la crise sanitaire avec agilité et résilience. Les transporteurs et logiciens ont pu relever le défi d’un contexte caractérisé par de fortes perturbations des flux économiques, particulièrement au tout début de la crise. L’impact de la crise sanitaire sur le secteur est différencié. Le segment «transports et entreposage» a été, en effet, relativement touché. Durant la période du confinement, environ la moitié des entreprises opérant dans ce domaine ont été à l’arrêt provisoire ou définitif. Le pôle de la logistique a, quant à lui, résisté aux aléas de la crise, notamment dans la branche distribution. L’intelligence collaborative dans laquelle s’est inscrit l’ensemble des collaborateurs ainsi que la conduite du changement opéré ont favorisé une bonne anticipation de cette crise sans précédent. La chaîne logistique a maintenu ses flux d’approvisionnement aussi bien en termes de produits de première nécessité qu’en matières premières pour les opérateurs économiques et industriels.

Le secteur opère sa transformation

La riposte à la crise dans le secteur du transport et de la logistique a pour titre phare : la réinvention des process. Cette conjoncture, en dépit de sa complexité, regorge d’opportunités. Le secteur du transport et de la logistique s’inscrit d’ores et déjà dans une logique de transformation. On assiste aujourd’hui à une prise de conscience des opérateurs à créer plus de complémentarité dans le mode de gestion des différents pôles composant le secteur, notamment dans les transports où l’informel sévit largement.

Se référant aux experts, les politiques publiques dans le domaine du transport et de la logistique sont appelées à s’intégrer dans les nouvelles tendances mondiales de la chaîne d’approvisionnement qui associent le transport à la logistique. L’orientation étant d’asseoir le secteur sur des bases plus solides. Pour ce faire, le secteur devrait disposer d’outils de pilotage et d’organes de gouvernance efficaces et surtout d’intégrer le secteur informel dans le circuit formel. Le renforcement de la résilience de ce secteur passe par ailleurs par le développement de multimodalité ainsi que par la mise à niveau de l’arsenal juridique.
Des mesures qui contribueront à doter le secteur de plus de souplesse, notamment dans l’exploitation des moyens de transport et l’intégration de nouveaux modes de déplacement. L’effort de la digitalisation est appelé à se consolider de sorte à pallier les défaillances structurelles qui ralentissent l’élan du secteur et plombent, par conséquent, l’attractivité de l’économie nationale.

La composante douanière fait partie intégrante du plan de relance du secteur. L’idée étant d’activer la mise en œuvre de certains projets aussi bien en termes de digitalisation qu’en simplification des procédures. Les grandes lignes des projets futurs de la douane s’articulent entre autres autour du développement de la «douane mobile» rendant davantage accessible l’ensemble des services douaniers aux logisticiens.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles