Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Nouveau Port Dakhla Atlantique : Des zones d’activités économiques dans le pipe

05.01.2021 - 13:03

La création de zones d’activité économique au Nouveau Port Dakhla Atlantique a été au centre d’une réunion tenue récemment à Dakhla.


Présidée par le wali de la région de Dakhla-Oued Eddahab, gouverneur de la province d’Oued Eddahab, Lamine Benomar, cette réunion a porté sur la présentation des études préliminaires du projet de création de zones d’activités économiques au niveau du Nouveau Port Dakhla Atlantique, ainsi que les différents services logistiques qui y sont liés.
L’objectif principal de ce projet est de permettre à la région de Dakhla de renforcer son potentiel industriel, et ce à travers le développement de l’offre foncière, la mise à la disposition des entrepreneurs d’une offre de service complète de qualité pour la réalisation de leurs projets, et l’exploitation de manière optimale des opportunités industrielles qu’assure ladite région. Ces zones viendront pour accompagner le mégaprojet du Nouveau Port Dakhla Atlantique et qui sera un port en eau profonde extérieur à la baie qui pourra satisfaire les trafics futurs liés aux produits de la pêche et à l’exploitation des petits pélagiques du stock C et servira d’outil logistique et économique pour faciliter la structuration économique et sociale du sud du Royaume.

En effet, la création de celui-ci répondrait à la fois à des objectifs géostratégiques, à des objectifs de développement régional et à des objectifs spécifiques au secteur de la pêche. Le site choisi pour abriter le port de Dakhla Atlantique est celui de Ntireft, qui se situe à 40 km au nord de la ville de Dakhla, dans une zone relevant de la commune rurale El Argoub.
Ce nouveau port dans la région de Dakhla sera destiné tant pour accueillir les trafics de la pêche associés à la nouvelle zone franche, tous les trafics «commerciaux» liés à la pêche (exportations, intrants) et aussi à l’hinterland de Dakhla. Ce port aura ainsi des dessertes par navires porte-conteneurs avec des relations feederisées sur les grands ports majeurs de la région: Casablanca, TangerMed, et Las Palmas.

D’après la Stratégie nationale portuaire du Maroc à l’horizon 2030, «les volumes de production issus de la pêche (ou dans une moindre mesure de l’agriculture irriguée) destinés à l’exportation seront à un niveau suffisamment important pour déclencher le positionnement de lignes régulières comme on l’observe par exemple aujourd’hui sur le port d’Agadir, mais aussi depuis déjà plusieurs années sur le port de Nouadhibou avec un fort développement des conteneurs reefers».

Et de poursuivre que «ces relations commerciales permettront également d’approvisionner l’économie régionale en intrants industriels, énergétiques et en biens de consommation. Suivant les richesses naturelles qui seront exploitées dans la région (maritimes, minières…), le port de Dakhla Atlantique pourra compléter son offre par des terminaux spécialisés si nécessaire».

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles