Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Trafic portuaire : Une baisse de 8,6% à fin février 2021

18.03.2021 - 13:18

Les ports de Safi et Laâyoune sauvent la mise

L’activité portuaire n’est pas au meilleure de sa forme. En effet, le trafic est en recul de 8,6% à fin février 2021 par rapport à la même période de l’année dernière enregistrant un volume global de 13,6 millions de tonnes. Par port, Mohammedia, Casablanca et Jorf Lasfar concentrent 76% du transit avec un volume de 10,4 millions de tonnes à fin février 2021, selon les dernières statistiques de l’Agence nationale des ports (ANP). Il en ressort une chute du trafic à l’exception des ports de Safi et Laâyoune qui réalisent des hausses significatives de leurs activités. Par ailleurs, le trafic TIR a atteint un volume de 3.358 unités, enregistrant ainsi une croissance de 2,5% par rapport à la même période de l’année précédente. A lui seul, le port de Nador a assuré 3.355 unités.

Jorf Lasfar représente plus de 37% du trafic

Malgré une régression de 16,8%, le port de Jorf Lasfar confirme sa première place avec une quote-part de 37,8% du trafic global. Ce port a comptabilisé un volume de 5,2 millions de tonnes à fin février 2021. Il s’avère que la diminution de l’activité au niveau de ce port est principalement attribuée au fléchissement des importations du charbon et coke de pétrole (-40,5%), des céréales (- 35,5%), du trafic des hydrocarbures (- 22,3%) et des exportations des engrais (- 17,8%). Constituant près de 33,2% de l’activité, le port de Casablanca a comptabilisé le transit de 4,5 MT à fin février 2021. Il a enregistré sur la même période une baisse de 5,3% par rapport à fin février 2020. Cette évolution est liée au recul des importations du charbon (-43,6%), des exportations du phosphate (-22,5%) et des produits sidérurgiques (-40,6%). En revanche, les importations des céréales ont connu une hausse de 18,3% en glissement annuel. Enregistrant un volume de 686.350 tonnes, l’activité du port de Mohammedia a été marquée par une baisse de 19,6% comparativement aux deux premiers mois de l’année 2020. Pour sa part le port de Nador enregistre un volume d’environ 364.155 tonnes à fin février 2021. L’activité de ce port est en chute de 40,8% comparé à la même période de l’année dernière. Cette évolution est due à la forte diminution du trafic du charbon et coke de pétrole de 65,8% et des importations des céréales de 38,9%. Concernant le port d’Agadir, il a enregistré un volume de 911.295 tonnes. L’activité de ce port est en retrait de 20,4% en raison du recul des importations des céréales (-74%), des aliments de bétail (-89,8%), du trafic des conteneurs en tonnage (-8,1%) et des hydrocarbures (-12,2%). Par contre, les exportations du clinker sont en progression de 20%.

Les ports de Safi et Laâyoune sortent du lot

Le recul général de l’activité n’a pas affecté les ports de Safi et Laâyoune qui ont enregistré respectivement une augmentation de 68,3 et 1,8%. Ainsi, les ports de Safi affichent un volume d’environ 1,6 million de tonnes à fin février 2021. Cette hausse s’explique notamment par le fort rebond des importations du charbon et coke de pétrole (+ 368%) et du soufre (+14,1%) et des exportations du gypse (+113%). S’agissant du port de Laâyoune, il a connu le transit de 239.008 tonnes sur la même période. La progression du trafic au niveau de ce port est imputable, notamment, à la hausse des exportations du phosphate (+10,1%) et du sable (+50,8%).

Conteneurs : L’activité en baisse de 1,3%

Au cours des deux premiers mois de l’année 2021, l’activité des conteneurs dans les ports relevant de l’ANP s’élève à 229.567 équivalent vingt pieds (EVP), soit une baisse de 1,3%. Le trafic des conteneurs par tonne est également en baisse de 3%, avec un volume de 2,2 millions de tonnes. Par nature de flux, les évolutions enregistrées font état d’une régression de 6% des exportations avec un volume de 98.211 EVP. Pour ce qui est des conteneurs vides à l’export, ils ont affiché un volume de 63.637 EVP (-5,7%), ce qui constitue une part de 65% du trafic global des conteneurs à l’export. Dans la même lignée, les importations ont atteint 97.715 EVP, en légère hausse de 0,9% par rapport aux deux premiers mois de l’année 2020. Il s’avère aussi que le cabotage a enregistré une hausse de 7,9%, s’établissant à 33.641 EVP.

Céréales : Recul de 12,7% à l’import

A la fin des deux premiers mois de l’année 2021, les importations des céréales totalisent 1,2 million de tonnes, enregistrant de ce fait une diminution de 12,7% par rapport à la même période de l’année précédente. Dans ce sens, on notera une forte concentration de cette activité au port de Casablanca avec 785.870 tonnes, représentant environ 66.7% du trafic global des céréales, précise l’ANP. L’analyse de répartition de ce trafic par port fait aussi état d’un recul des importations en cette denrée dans les ports de Jorf Lasfar (-35,5%), Agadir (-74%) et Nador (- 38,9%).

Du côté du trafic des phosphates et dérivés, il a atteint, à fin février 2021, un volume d’environ 4,9 millions de tonnes, enregistrant une baisse de 7%. «Cette variation est due principalement à la baisse des exportations des engrais (-16,2%) et du phosphate (- 18,9%) et des importations du soufre (-2,4%). Les autres produits phosphatiers ont, par contre, enregistré des hausses plus ou moins importantes, à savoir : les exportations de l’acide phosphorique (+26,1%), les importations de l’ammoniac (+4,7%) et de l’acide sulfirique (+37,5%)», souligne l’ANP.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles