Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Tourisme post-Covid : L’ONMT en mode combat

23.04.2021 - 13:09

Adel El Fakir dévoile jeudi à Casablanca les contours de sa nouvelle stratégie de marketing

«Il faut travailler sur le marketing», enchaîne-t-il en allusion à la relance qui dépend, pour lui, d’autres facteurs notamment la situation sanitaire dont l’amélioration donnera «envie de voyager». «C’est pour dire que nous sommes prêts», tempère-t-il. Par l’occasion, il caresse l’espoir de voir le Maroc dans la liste des top 5 ou 10 dans le monde.

Le Maroc a une notoriété totale de 89% en termes de perception de voyage par rapport à d’autres destinations concurrentes. Le taux considérable est précisé, jeudi à Casablanca, par Adel El Fakir, DG de l’Office national marocain du tourisme, lors d’une conférence consacrée à la relance et la promotion de la destination Maroc. Dans ce sens, le responsable, qui semble vouloir capitaliser sur ce taux puisque cette notoriété est un défi pour lui, ressort les villes marocaines les plus prisées aux niveaux national et international. Le tout en s’appuyant à l’étude Booking.com d’octobre 2020.

Casablanca en tête

Comme le détaille l’intervenant, «Casablanca figure au top 5 des destinations les plus connues à hauteur de 77%». La capitale économique est suivie de Marrakech (74%), Tanger (56%), Rabat (52%) et Fès (47%). Aussi, d’autres destinations gagnent en forte appréciation à l’instar notamment de Chefchaouen, Essaouira, Ouarzazate et Dakhla. «Le Maroc, pays arabe avec une touche orientale, est prisé comme destination pour remplacer la Tunisie ou l’Egypte en grande partie. Le Maroc est perçu comme pays exclusif», avance M. El Fakir qui rappelle, quand même, l’existence de perceptions positives et négatives sur le Maroc. Cependant, il évoque la notoriété déjà avancée qui fait toujours l’objet de défis pour l’ONMT.

Le recrutement comme équivalent d’attractivité

Ces challenges devraient, pour le DG, être orientés vers un «recrutement». Par là, il entend une attractivité pour la destination Maroc. «Il faut travailler sur le marketing», enchaîne-t-il en allusion à la relance qui dépend, pour lui, d’autres facteurs notamment la situation sanitaire dont l’amélioration donnera « envie de voyager». «C’est pour dire que nous sommes prêts», tempère-t-il. Par l’occasion, il caresse l’espoir de voir le Maroc dans la liste des top 5 ou 10 dans le monde. «Il faut une rupture pour être visible et impacter notre cible, voire monter dans la préférence», ajoute-t-il. A ce propos, il présente la vision de l’ONMT pour le tourisme de demain.

Une vision doublée de nouvelles marques

Cette stratégie de croissance est, telle qu’il la présente, basée sur la considération, la conversion, la segmentation, l’inspiration, les réseaux sociaux, la différenciation, le tourisme interne, les millennials (génération) et la flexibilité. A cet effet, l’Office a trois cibles équivalent à trois marques. La première étant les voyageurs du monde. La deuxième concerne les voyageurs nationaux et les MRE. Quant à la troisième, elle est destinée aux partenaires notamment les tour-opérateurs, OTA (Online Tourism Agency) et les compagnies aériennes.

Ainsi, la nouvelle marque (corporate) est destinée à être «informative, relationnelle et formative». L’objectif étant, selon M. El Fakir, de «soutenir le développement du tourisme avec un relais en permanence sur les médias». Le tout en capitalisant sur le digital. Dans ce sens, le site de l’ONMT, qui tient compte des tendances numériques auprès des jeunes et toutes les couches sociales, se glissera davantage dans une nouvelle peau en valorisant mieux son contenu factuel, proactif et réactif pour être une plate-forme «enthousiaste, audacieuse et empathique».

Une campagne internationale inédite pour le Maroc

Outre «Ntla9awfbladna» dédiée au tourisme interne, l’ONMT travaille sur une nouvelle campagne internationale qui positionne la destination Maroc dans la 10 travel bucket list. «Le tournage de cette capsule a pris fin il y a une semaine», indique le numéro un de l’Office, qui précise que cette marque sera «exclusive». Elle traduit, comme il l’explicite, l’intensité, la richesse et la singularité de l’expérience Maroc. C’est aussi «une campagne qui différencie la marque Maroc des destinations agressives sur les prix».

Pour concevoir cette campagne internationale, l’Office a déjà lancé un concours. Cela étant, le responsable a saisi son passage pour préciser qu’un 1,1 million de nuitées ont été contractées pour juin à août 2021 avec les OTA (online travel agency) et 106 k de visiteurs contractés pour juin à octobre 2021 avec les tour-opérateurs. Chez les compagnies aériennes, 1,9 million de sièges sont réservés pour l’été 2021, soit 80% de reprise.

Une nouvelle version pour «Ntla9awfbladna»

La rencontre avec la presse était l’occasion pour Adel El Fakir de présenter une meilleure version de «Ntla9awfbladna». «Je ne m’en lasse pas !», s’exprime-t-il à propos de cette capsule qui sera présentée bientôt au grand public. «C’est une publicité que nous avons tournée pendant le confinement avec le concours des autorités tout en respectant les mesures sanitaires», précise-t-il. Aussi, la plate-forme immersive dédiée à cette capsule offre des informations pertinentes à propos des sites dont la promotion est faite dans la vidéo qui met en valeur les paysages, le patrimoine et la beauté de plusieurs villes du Royaume.

Cette capsule, tournée en mode «cinématographique», comprend également une autre partie dédiée aux MRE. Et ce n’est pas tout ! «Visit Morocco» sera, selon le DG de l’ONMT «réinventée». «Nous allons narrer le Maroc autrement avec des vidéos cinématographiques», ajoute le responsable qui rappelle par l’occasion que le siège de l’ONMT à Rabat a pris de nouvelles couleurs.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles