Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Mohamed Alamouri : «La couverture sociale va contribuer à rendre le métier d’agriculteur mieux valorisé»

23.04.2021 - 16:03

Entretien avec Mohamed Alamouri, président de la Comader

La stratégie Génération Green place l’élément humain au cœur de ses priorités. Cette nouvelle vision coïncide avec le lancement d’un vaste chantier de protection sociale initié par le Souverain. La combinaison de ces deux visions accélérera l’émergence de la classe moyenne rurale.
Maillon fort de l’agriculture et du développement rural, la Comader jouera un rôle déterminant dans la nouvelle transformation du secteur. A cet effet, Mohamed Alamouri, président de la Confédération, dévoile dans cet entretien sa vision autour de la mise en place d’un modèle de protection sociale dans le monde rural ainsi que des engagements de la Comader dans le cadre de la nouvelle déclinaison de la stratégie agricole

ALM : La Comader a été parmi les parties signataires du grand pacte pour la protection sociale. Quelles seront les retombées de ce chantier sur la population rurale ?

Mohamed Alamouri : Comme vous le savez, le monde rural connaît un déficit chronique en services de base et en particulier ceux liés à la santé. Nous espérons que l’avènement de la couverture sociale des agriculteurs va combler ce déficit et par conséquent réduire le gap qui existe entre les villes et le monde rural. De même, cette couverture sociale va contribuer à rendre le métier d’agriculteur mieux valorisé d’une part et à améliorer le niveau de vie dans la campagne marocaine d’autre part. Ce qui va contribuer, et d’une manière substantielle, à la réduction de l’exode rural. En améliorant le cadre de vie dans le monde rural, cela encouragera les jeunes à s’approprier le métier d’agriculteur et ainsi assurer la relève dans un secteur où l’âge moyen des agriculteurs avoisine les 65 ans.

La nouvelle stratégie agricole place l’élément humain au cœur des priorités. En quoi s’engage la Comader dans ce sens ?

La Comader a joué pleinement son rôle dans le cadre du Plan Maroc Vert, en participant à la création de plusieurs interprofessions agricoles, ainsi qu’à leur renforcement et leur reconnaissance selon la loi 03-12. Ainsi elle compte faire de même dans le cadre de la nouvelle stratégie Génération Green 2020-2030. Cette stratégie place l’élément humain au cœur des priorités.
Aussi, la Comader participera activement au volet relatif à l’entrepreneuriat des jeunes. Et c’est dans ce sens que nous avons signé une convention de partenariat tripartite Comader-ministère de l’agriculture-Crédit Agricole du Maroc. De même, la Comader compte à travers ses antennes régionales mener des campagnes de sensibilisation sur l’intérêt d’adhérer à des organisations professionnelles nouvelle génération et sur celui d’intégrer les nouvelles technologies tout au long de la chaîne de valeur de chaque interprofession. Enfin, la Comader donne dans toutes ses actions une place de choix aux petits exploitants, aux femmes rurales et aux jeunes.

En tant qu’acteur phare du secteur, et au vu de la conjoncture actuelle, comment voyez-vous l’avenir de l’agriculture marocaine ?

Avant d’aborder la question de l’avenir de l’agriculture au Maroc, il faut rappeler que malgré les nombreux résultats positifs et acquis du Plan Maroc Vert, l’agriculture marocaine fait face à des défis majeurs tels que le stress hydrique, l’érosion des sols et le changement climatique. C’est en apportant des solutions adéquates à ces problématiques que nous pourrons envisager un avenir meilleur pour l’agriculture marocaine. L’optimisation des ressources hydriques devient indispensable tant par l’irrigation localisée que par le choix de cultures moins consommatrices d’eau et à plus haute valeur ajoutée. L’agriculture marocaine ne peut aussi se passer de l’intégration intelligente des nouvelles technologies tout au long des chaînes de valeurs, ce qui suppose un nouveau profil d’agriculteurs plus jeunes et plus instruits.

Le Plan Maroc Vert a marqué un tournant dans l’histoire de l’agriculture nationale. Quels sont les principaux enseignements tirés de cette expérience ? Et comment la Comader prépare-t-elle ce nouveau cap ?

Parmi les principaux acquis du Plan Maroc Vert, nous pouvons citer l’augmentation substantielle des superficies cultivées par type de culture, des productions et des rendements. Toutefois, persistent les problèmes et les contraintes liés à la commercialisation des produits agricoles qui ne permettent pas à l’agriculteur de tirer pleinement profit de son labeur.
L’autre enseignement est que, malgré tous les efforts déployés, la performance de l’agriculture marocaine reste tributaire de la pluviométrie. Et l’un des défis majeurs est comment rendre cette agriculture résiliente face au changement climatique. De même, si les acquis du PMV ont permis d’améliorer les revenus des agriculteurs, le gap entre les conditions de vie en milieu rural et celle en milieu urbain reste important. Aussi la Comader compte s’engager pleinement dans la nouvelle stratégie Génération green 2020-2030 qui tend à apporter des solutions adéquates à toutes ces problématiques.

Comment se décline votre plan d’action à court et à moyen termes ?

Dans le cadre de la déclinaison de la stratégie Génération Green 2020-2030, la Comader, en concertation avec les interprofessions membres, a élaboré un plan d’action qui englobe plusieurs feuilles de route. Citons dans ce sens la sensibilisation des agriculteurs à l’intérêt de la couverture sociale pour tout le secteur agricole marocain et la révision de la fiscalité des interprofessions agricoles.
A cela s’ajoutent l’amélioration de la qualité des produits agricoles, la normalisation et la sécurité sanitaire, la transformation digitale dans le secteur agricole, l’optimisation des ressources en eau et le développement de l’irrigation, l’amélioration des conditions de commercialisation des produits agricoles et l’autonomisation managériale et financière des interprofessions agricoles.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles