Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Miriem Bensaleh Chaqroun : Une main de fer dans un gant de velours

07.03.2016 - 20:18
A la tête de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), depuis 2012, Miriem Bensaleh Chaqroun, a su imposer estime et respect, en gagnant, incontestablement, ses lettres de noblesse.
Avec plus de trois ans au service de l’entreprise marocaine, cette polyglotte dotée d’une solide culture, a pu, en effet, démontrer, que la 20ème mandature a inévitablement constitué une étape importante dans l’histoire de cette institution.
De prime abord, par l’élection, pour la première fois, d’une femme à sa tête, un changement significatif a été opéré dans le champ économique privé du Maroc.
Secundo, la prise des rênes de la CGEM par une dame au parcours de «capitaine d’industrie», ne pouvait qu’être en phase avec l’évolution dans laquelle le Royaume s’était engagé.
Cette première patronne des patrons marocains comptait plusieurs cordes à son arc. Parmi elles, celle de commissaire de la Journée mondiale de la terre.
Plus encore, le choix porté sur elle n’était pas fortuit puisque cette managerwoman avait également, à son actif, la réussite d’une gestion d’entreprise qui emploie des milliers de personnes. Et ce n’est pas tout. Le savoir-faire de cette dame s’est fait, inéluctablement, aussi apprécier dans le domaine de l’organisation du Festival de Casablanca.
Cette financière de formation qui est également administrateur directeur général de la société «Les Eaux Minérales d’Oulmès», a été citée parmi les femmes d’affaires les plus compétentes du monde par le magazine «Forbes» dès 2006. Elle avait, ainsi, occupé la 21ème place dans ce classement sur la base du chiffre d’affaires réalisé par l’entreprise qu’elle dirige.
Cette businesswoman était donc bien pourvue pour mobiliser et motiver, sur la même lancée, tous les acteurs potentiels et mener à bien, avec la détermination et le courage nécessaires, sa mission qui est loin d’être une sinécure.
Le tour d’horizon étant fait, place maintenant aux actions. En effet, le mandat actuel a été marqué, dans un premier temps, par le lancement et la mise en œuvre d’une série de projets touchant directement l’investissement et les investisseurs. De la mise en place de la Plateforme Gouvernement CGEM (avec cinq fortes composantes), présidée par le chef du gouvernement et la présidente de la CGEM, du Comité national pour l’environnement des affaires (CNEA) en partenariat avec l’Exécutif, à l’entrée en vigueur de l’Identifiant commun de l’entreprise (ICE), en passant par la réforme des contrats spéciaux de formation, la signature de plus d’une centaine de conventions et l’organisation d’événements d’envergure nationale, régionale et internationale, sont autant de réalisations qui illustrent la dynamique insufflée à la CGEM depuis l’investiture de la présidence actuelle.
Parallèlement, la CGEM s’est considérablement développée au cours des trois dernières années, à travers le renforcement de sa présence sur l’ensemble du territoire national. De nouvelles antennes ont vu le jour dont, notamment, la dernière CGEM Région couvrant l’ensemble des provinces du Sud, basée à Laâyoune et inaugurée en novembre 2013. Aujourd’hui, il existe 10 CGEM Région et certaines, à l’instar de Tanger ont même ouvert des bureaux dans d’autres villes (Tétouan, Al Hoceima).
Le mandat actuel a surtout accordé une attention particulière à la petite et moyenne entreprise (PME), qui représente 90% du tissu économique national, à l’image de la cartographie des membres de la Confédération et du message de la nécessaire prise en compte de l’industrie, véritable créatrice de valeur ajoutée. Ceci a donné lieu à une très sérieuse et approfondie «Etude sur les leviers de la compétitivité des entreprises marocaines» dont le socle des recommandations se base sur la ré-industrialisation de notre pays. Une batterie de mesures a donc été prise et plusieurs actions ont été menées dans les registres de l’accompagnement, du conseil et de la formation. Dans ce cadre, la période 2012-2015 a été marquée, entre autres, par la concrétisation du partenariat GE-PME (Grandes entreprises – PME) qui offre un cadre adapté aux attentes des entrepreneurs.
Ce réel parcours du combattant prouve, bel et bien, que cette battante peut et gérer ses affaires personnelles et familiales et s’occuper concomitamment d’autres tâches voire plus ardues avec brio, et le tout avec une bonne dose de know-how et de synchronisation.
Le proverbe italien selon lequel «la fortune a pour main droite l’habileté et pour main gauche l’économie» sied donc à merveille à cette dame de fer. Louons ainsi que d’autres organismes publics en prennent de la graine et nomment à leur tête des femmes managers. Le Maroc se doit de faire la promotion de la femme qui est un élément nodal pour l’évolution du pays.

Débat

A l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme, la CGEM organise, sous la présidence de Miriem Bensalah Chaqroun, un petit-déjeuner débat sur le thème «Parité & égalité : quelles réalités et quelles stratégies managériales des entreprises ?», demain mercredi 9 mars au siège de la Confédération avec la participation d’éminents intervenants et ce sera l’occasion de présenter la situation de la parité au Maroc, des obstacles qui freinent son épanouissement, des exemples d’initiatives prises en milieu professionnel pour favoriser et renforcer durablement la stratégie des entreprises en la matière.

» Source de l'article: liberation

Autres articles