Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

965 mille quintaux à Béni Mellal-Khénifra

09.03.2016 - 08:42

Les besoins de la région Béni Mellal-Khénifra en orge subventionnée pour couvrir une période de huit mois sont estimés à 965 mille quintaux, a indiqué le directeur régional de l’Agriculture, Hssain Rahoui, lundi à Béni Mellal.

Les besoins en orge subventionnée se répartissent entre les différentes provinces de la région à raison de 270 mille quintaux pour la province d’Azilal, 200 mille quintaux pour celle de Khouribga, 180 mille quintaux pour Béni Mellal, 170 mille quintaux pour Khénifra et 145 mille quintaux pour Fkih Ben Saleh, a précisé Hssain Rahoui lors de la session ordinaire du Conseil de la région du mois de mars sur les mesures prises pour limiter les effets du retard des précipitations.

Par ailleurs, le cheptel de la région est composé de 397.900 têtes de bovins, plus de 2 millions 918 mille têtes d’ovins et 884.460 têtes de caprins, a ajouté Hssain Rahoui.

S’agissant de la part de la région en orge subventionnée au titre de la première tranche, elle est estimée à environ 125 mille quintaux répartis entre 35 mille quintaux pour la province d’Azilal, 25 mille quintaux pour celle de Khouribga, 20 mille quintaux pour la province de Khénifra, 25 mille quintaux pour celle de Béni Mellal et 20 mille quintaux pour la province de Fkih Ben Saleh.

Quant à la deuxième tranche d’orge subventionnée, elle est estimée à environ 130 mille quintaux au total, répartis entre 30 mille quintaux pour les province d’Azilal, 30 mille quintaux pour celle Khénifra, 25 mille quintaux pour Khouribga, 25 mille quintaux pour Béni Mellal et 20 mille quintaux pour la province de Fkih Ben Saleh, selon la même source.

Par ailleurs, Hssain Rahoui a affirmé que la campagne agricole 2015-2016 avait enregistré une baisse significative des précipitations, avec une moyenne de 90 millimètres au niveau de la région, soit un déficit de 70 pc par rapport à la même période d’une année ordinaire, tandis que les prix du fourrage ont augmenté parallèlement à une nette baisse des prix du bétail.

A cet égard, Hssain Rahoui a énuméré les axes des programmes de réduction des effets du retard des précipitations et dont le premier consiste, notamment, en le sauvetage du bétail dans la région à travers l’approvisionnement des éleveurs en fourrages subventionnés, l’orge subventionnée en particulier, la prise en charge par l’Etat du transport de l’orge subventionnée vers les zones reculées, la distribution d’orge subventionnée via un guichet ouvert dans cinq centres de liaison (un centre par province).

Pour ce qui est du deuxième axe du programme, qui a pour but la préservation des ressources végétales, il concerne, d’une part, les mesures relatives à l’irrigation des plantations âgées entre 2 et 4 ans pour une superficie globale dans la région dépassant 12 mille hectares, et qui ont été réalisées dans le cadre de la deuxième phase d’appui du Plan Maroc vert (agriculture solidaire) répartie entre les provinces de la région, et d’autre part, l’indemnisation des agriculteurs affectés dans la région à travers le système d’assurance multirisques climatiques céréales, la surface assurée ayant atteint 48.500 hectares en faveur de plus de 3.000 agriculteurs.

Concernant les mesures du troisième axe portant sur la préservation des équilibres dans le monde rural, elles ont trait, notamment, à l’amélioration de l’accès des populations rurales à l’eau potable dans les zones éloignées et la mise en œuvre des projets de la deuxième phase d’appui à travers la plantation de plus de 1.200 nouveaux hectares pour la création de 300.000 journées de travail pour la population rurale.

Suite au déficit résultant du manque de précipitations ayant marqué la campagne agricole en cours, et dans l’idée d’accompagner le monde rural, d’importantes mesures ont été prises pour soutenir les agriculteurs, avec la mobilisation de 4,5 milliards de dirhams (MMDH) pour sauver la campagne agricole de cette année, ainsi que des indemnités de l’ordre de 1,25 MMDH de la part de la société d’assurance dans le cadre du produit multirisques climatiques.

» Source de l'article: lematin

Autres articles