Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Projet de loi de Finances 2019 : Les priorités du gouvernement

16.07.2018 - 18:02

Poursuite des réformes, réduction des disparités, accompagnement des entreprises…

Le gouvernement est appelé à identifier clairement ses priorités. Un appel lancé par Mohamed Boussaid lors du Conseil de gouvernement tenu, jeudi dernier, à Rabat. Le ministre de l’économie et des finances qui exposait le contexte de l’élaboration du projet de loi de Finances 2019 a mis l’accent sur la nécessité de poursuivre les réformes structurelles notamment celles relatives à la régionalisation avancée, au système judiciaire, à la retraite, à l’enseignement et à la santé. Le ministre a mis l’accent sur la consécration de la vocation sociale et économique du projet de loi de Finances 2019 ainsi que sur la réduction des disparités sociales et spatiales.

L’accompagnement de l’entreprise nationale, particulièrement les petites et moyennes entreprises, figure parmi les priorités à prendre en considération. A cela s’ajoutent également la stimulation de l’investissement privé,  la protection du consommateur. De même, un intérêt particulier devrait être accordé à la lutte contre le chômage des jeunes, à l’élargissement du régime de la couverture sociale et à la lutte contre la corruption. Le ministre de l’économie et des finances a dans ce sens souligné que «l’année 2019 sera marquée par des contraintes et défis liés notamment à la montée des tendances protectionnistes au niveau de l’économie mondiale et à la hausse des cours du pétrole». Des contraintes qui, selon Mohamed Boussaid, se rapportent également aux attentes du milieu économique national et ce compte tenu des défis relatifs à l’investissement privé et aux recettes fiscales, ainsi qu’aux attentes des citoyens en quête d’amélioration de la qualité des services et de l’augmentation du pouvoir d’achat.

S’agissant de la loi de Finances 2018, Mohamed Boussaid a présenté des indicateurs mesurant l’effort fourni dans le cadre de l’exécution de ce dispositif. Énumérons dans ce sens l’effort fiscal destiné à appuyer l’entreprise et à résoudre la problématique des crédits de TVA, ainsi que les subventions dédiées aux secteurs sociaux, en particulier ceux de l’enseignement, la santé et l’emploi. Le ministre a également exposé l’effort déployé en matière d’appui à l’investissement public et de réduction de l’endettement du Trésor.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles