Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Arganier : 11 unités de collecte prévues dans 8 provinces

20.10.2018 - 12:02

Elles vont améliorer les moyens de subsistance des bénéficiaires

L’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA) planche actuellement sur la mise en place de 11 unités de collecte et de conditionnement de l’arganier. En effet, ce projet intervient au niveau de huit provinces dans l’aire géographique de la réserve de biosphère de l’arganeraie (RBA). Première réserve du Maroc, celle-ci a vu le jour en 1998 et couvre plusieurs provinces dont Essaouira, Agadir Ida Outanane, Inzegane Ait Melloul, Taroudant, Chtouka Ait Baha, Tiznit, Sidi Ifni et Guelmim. D’ailleurs, l’ANDZOA vient de lancer un appel d’offres pour définir la faisabilité technique, organisationnelle, institutionnelle, économique, financière et environnementale de ces unités de collecte et des centres de collecte locaux du fruit de l’arganier «Afyach» et leurs impacts. L’objectif étant de contribuer à la réduction de la pression sur l’arganeraie et l’amélioration des sources de revenus des bénéficiaires.

A en croire l’agence, cette initiative va notamment contribuer à la séquestration du carbone et vient pour répondre à la problématique de changement climatique dans la zone.  Le projet a pour ambition d’améliorer les conditions de vie de la population locale. Il vise à assurer la qualité et la traçabilité des produits de l’arganier, contribuer à une répartition juste et efficiente de la valeur ajoutée entre les segments de la filière, et une bonne maîtrise des flux de la matière première.

Une fois mises en place, ces activités vont également contribuer à améliorer les moyens de subsistance des bénéficiaires essentiellement les femmes. Pour sa faisabilité, l’étude devra entre autres cartographier les périmètres de production du fruit et élaborer une base de données sur la production et les rendements par périmètre sur au moins 5 ans ainsi que les tendances sur les 5 prochaines années. Globalement, le projet de développement de l’arganiculture dans l’environnement dégradé (Dared) est financé par le Fonds vert pour le climat (GCF). Il porte sur l’intégration de la composante des changements climatiques dans le processus de mise en œuvre de toute intervention de développement dans les zones de l’arganier.

Enfin, le projet Dared s’inscrit dans le cadre du NAMAs (contributions déterminées au niveau national)  et la déclinaison du Plan Maroc Vert à travers le développement de la filière de l’arganiculture dans les régions du Souss-Massa, Marrakech-Safi et Guelmim-Oued Noun.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles