Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Les portes du Maroc et de la France s’ouvrent aux Burkinabés

24.01.2019 - 21:00
Le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF), Mahamadi Sawadogo, et son homologue de la Chambre française de commerce et d’industrie au Maroc (CFCIM), Philippe-Edern Klein, ont signé à Ouagadougou une convention de partage d’expériences et d’expertises. La CFCIM est une institution qui a pour mission de promouvoir les relations économiques entre la France et le Maroc, de favoriser l’implantation des entreprises françaises dans le Royaume et de développer le potentiel d’affaires des entreprises marocaines.
Les hommes d’affaires burkinabés et marocains peuvent, désormais, partager leurs expériences et expertises, en vertu de cette convention de partenariat, signée mardi, apprend-on mercredi soir de source officielle ouagalaise. « Cet accord va ouvrir de nouvelles perspectives aux hommes d’affaires de part et d’autre et contribuer au renforcement de la coopération économique entre les deux pays. Il va porter sur la formation, l’appui-conseil, l’insertion professionnelle, la gestion des infrastructures et la promotion des relations économiques, entre autres », a souligné le premier vice-président de la CCI-BF, Mamady Sanoh, relayé par le journal officiel burkinabés +Sidwaya+.
La CCI-BF est l’une des plus anciennes institutions du Burkina Faso et porte-parole du monde des affaires auprès des pouvoirs publics. Elle offre une gamme étendue de services spécialisés visant la promotion des milieux d’affaires dans un environnement propice à l’initiative privée.
De son côté, le directeur du pôle enseignement sur le campus de formation auprès de la CFCIM, Mounir Ferram, a indiqué que cette dernière est une association à but-non lucratif du droit marocain avec des missions portées au quotidien par 100 collaborateurs au service de plus de 4.000 entreprises adhérentes.
Quant à M. Sawadogo, il a rappelé que les premiers contacts avec les responsables de la CFCIM datent de 2017, à la faveur d’une mission au Maroc en compagnie du président du Burkina Faso. « Nous avons été séduits par la qualité du travail de nos pairs marocains après les visites et les échanges. Nous avions dépêché une équipe en 2018 pour nous rapprocher davantage et entreprendre des négociations », a-t-il révélé.
Il a, en outre, fait savoir que lui et ses collaborateurs ont beaucoup à apprendre de leurs partenaires de la CFCIM, précisant que cette institution dispose d’un centre de formation pour plus de 30.000 entreprises en moyenne par an.
» Source de l'article: liberation

Autres articles