Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

La filière sucrière affiche une capacité de production de 1,65 million de tonnes par an

01.03.2019 - 21:00
La capacité moyenne journalière de la filière sucrière au Maroc s’est élevée à 6.500 tonnes, soit une capacité de production d’environ 1,65 million de tonnes par an, a fait savoir, récemment à Casablanca, le président de l’Association professionnelle sucrière (APS), Mohamed Fikrat.
Cette filière, qui évolue au cœur d’un large écosystème, génère 5.000 emplois directs et indirects et permet de garantir un revenu pour 80.000 exploitants agricoles de betterave à sucre et de canne à sucre dans cinq régions du Royaume, a rappelé M. Fikrat à l’ouverture de la 3ème édition de la Conférence internationale du sucre, organisée sous le thème “La région MENA, une puissance en émergence”, rapporte la MAP.
La filière sucrière, où plus d’un milliard de dollars a été investi ces dernières années, dispose aussi de 1.000 clients partenaires et de plus de 1.200 très petites entreprises (TPE) et entrepreneurs dans huit sites industriels qui couvrent 5 régions, a-t-il poursuivi.
Par ailleurs, M. Fikrat a mis l’accent sur les efforts déployés pour développer les performances de la filière, soulignant qu’aujourd’hui, l’amélioration du rendement de la productivité s’est poursuivie par l’entrée récente de la transformation digitale pour un amont agricole sucrier numérique.
De son côté, le président de la la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (COMADER), Ahmed Ouayach, a souligné que depuis le lancement du Plan Maroc Vert en 2008, “la filière sucrière a été la première à adhérer spontanément à ce projet et a été tout le long de cette décennie un exemple de réussite”.
Il a, dans ce sens, relevé que l’organisation professionnelle et la recherche et développement ont été des leviers déterminants pour la modernisation de cette filière, précisant qu’en dix ans, “nous sommes passés de 5 tonnes de sucre extractible à 12 t et les revenus des agriculteurs ont été presque multipliés par trois”.
En tant que gisement d’emploi, la filière continue à assurer plus de 10 millions de journées de travail par an, a noté M. Ouayach, ajoutant qu’au-delà de ces succès rapides, la filière s’inscrit dans le développement durable en s’engageant dans la diminution de son empreinte carbonne, déjà réduite de 40% en dix ans, et avec pour objectif une diminution supplémentaire de 20% d’ici 2020.
Engagée de manière significative dans le développement rural où le facteur humain est au centre de ses préoccupations, elle assure aussi la couverture maladie, la retraite, la scolarité des enfants des producteurs et apporte son soutien aux femmes agricultrices, a fait remarquer le président de COMADER.  “Nous constatons que la filière a satisfait toutes les clauses du contrat économique et social scellé avec le gouvernement et ses partenaires”, s’est-il félicité. Il a, en outre, souligné la nécessité d’assurer la protection et le développement de la production nationale, tout en apportant le soutien nécessaire aux opérateurs dans leurs activités à l’international afin de valoriser et d’exporter le savoir-faire marocain vers les pays du MENA et de l’Afrique.
Cet événement, de deux jours, a constitué l’occasion pour les acteurs sucriers mondiaux de mettre à jour les informations relatives à un marché sucrier de plus en plus volatil, partager les expériences et les bonnes pratiques, communiquer des succès réalisés et des défis et challenges à relever, développer le contact (sugar networking), d’explorer des opportunités de business et de favoriser la coopération internationale.
» Source de l'article: liberation

Autres articles