Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

BAM : L’immobilier toujours en crise

20.05.2019 - 14:02

BAM publie la tendance globale du marché au cours des trois premiers mois de 2019

Dans le résidentiel, les prix ont diminué de 1,1%, reflétant des baisses de toutes les catégories d’actifs avec des taux de 0,9% pour les appartements, de 1,3% pour les maisons et de 5,1% pour les villas.

Le début de 2019 n’a pas été salvateur pour le secteur immobilier. C’est ce qui ressort de la dernière livraison de Bank Al-Maghrib sur le secteur. En effet, BAM dévoile l’indice des prix des actifs immobiliers pour les trois premiers mois de l’année en cours. «En glissement trimestriel, l’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a reculé de 0,7%, recouvrant des replis de 1,1% pour les prix du résidentiel et de 0,4% pour ceux du foncier ainsi qu’une hausse de 0,9% pour ceux des biens à usage professionnel. Concernant le volume des transactions, il a enregistré une diminution de 12,7% traduisant des baisses de l’ensemble des catégories, avec des taux de 13,4% pour les biens résidentiels, de 12,2% pour les terrains et de 8,5% pour les actifs à usage professionnel», apprend-on auprès de BAM. «En glissement annuel, les prix ont connu un repli de 0,2%, reflétant des baisses de 0,3% pour le résidentiel et de 0,5% pour le professionnel, les prix des terrains s’étant accrus de 0,3%. Pour ce qui est des transactions, leur nombre a progressé de 1,1%, avec un accroissement de 4,5% pour le résidentiel. En revanche, les ventes des terrains et des biens à usage professionnel ont reculé de 7,4 et de 4% respectivement», ajoute la même source. S’agissant du résidentiel, les prix ont diminué de 1,1%, reflétant des baisses de toutes les catégories d’actifs avec des taux de 0,9% pour les appartements, de 1,3% pour les maisons et de 5,1% pour les villas. En ce qui concerne le volume des transactions, il a reculé de 13,4%, résultat des régressions des ventes des appartements de 13%, des maisons de 15,8% et des villas de 21,5%. «En glissement annuel, les actifs se sont dépréciés de 0,3%, en liaison avec les replis des prix de 0,2% pour les appartements et de 1,4% pour les maisons, ceux des villas n’ayant pas connu de variation. Concernant les ventes, elles ont augmenté de 4,5%, avec des accroissements de 4,4% pour les appartements, de 6,6% pour les maisons et de 2,7% pour les villas», poursuit la même source. De son côté, le foncier n’est pas mieux loti. Les responsables expliquent que les prix des terrains ont diminué de 0,4% après une hausse de 1,4% un trimestre auparavant. Les transactions ont, quant à elles, régressé de 12,2% après un accroissement de 17,2%. «En glissement annuel, les prix du foncier se sont accrus de 0,3%, alors que le nombre de transactions a connu une baisse de 7,4%», relèvent-ils. Seul l’immobilier professionnel semble connaître une petite hausse au niveau des prix durant le premier trimestre de l’année en cours. Dans ce sens, l’indice des prix des biens à usage professionnel a connu un accroissement de 0,9% d’un trimestre à l’autre, résultat de progressions des prix de 0,1% pour les locaux commerciaux et de 3,6% pour les bureaux. Cela dit, le volume des transactions s’inscrit dans une tendance baissière. «Le volume des transactions a pour sa part baissé de 8,5%, recouvrant un repli de 11% des ventes des locaux commerciaux et une hausse de 8,2% de celles des bureaux. En glissement annuel, les prix des biens à usage professionnel ont reculé de 0,5%, avec des baisses de 0,2% pour les locaux commerciaux et de 3,2% pour les bureaux», conclut la même source.

Evolution par ville

Au niveau de Rabat, les prix se sont repliés de 3,3% en glissement trimestriel, avec des baisses de 2,4% pour le résidentiel et de 11,9% pour les terrains. Les transactions ont également diminué de 11,9%, recouvrant des replis des ventes de 14,8% pour le résidentiel et de 22,5% pour les terrains ainsi qu’une hausse de 28,6% pour les biens à usage professionnel.

A Casablanca, les prix ont diminué de 1,6% d’un trimestre à l’autre, incluant des reculs respectifs de 1,4 et de 6,2% pour le résidentiel et le foncier, et une hausse de 3,9% pour les biens à usage professionnel. S’agissant des ventes, elles ont baissé de 6,5% traduisant essentiellement des diminutions de 7,8% pour les biens résidentiels et de 3% pour les actifs à usage professionnel.

A Marrakech, les prix ont augmenté de 1% au premier trimestre 2019, intégrant des appréciations de 0,4% pour les actifs résidentiels et de 1% pour les terrains, ainsi qu’une baisse de 0,5% des prix pour les biens à usage professionnel. En parallèle, les transactions se sont contractées de 34,9%, avec notamment des reculs de 33,3% pour le résidentiel et de 40,4% pour le foncier.

Démarche technique

Les indices des prix des actifs immobiliers (IPAI) ont été élaborés conjointement par Bank Al-Maghrib et l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la Cartographie (ANCFCC) à partir des données de l’ANCFCC.

De périodicité trimestrielle, ces indices, qui ont pour base 100 en 2006, sont calculés selon la méthode des ventes répétées qui permet de remédier au problème de l’hétérogénéité des biens immobiliers.

Cette méthode ne prend en considération que les biens ayant fait l’objet d’au moins deux transactions au cours de la période concernée. Ce dispositif permet de retracer l’évolution au niveau national et par grande ville, des prix des biens immobiliers des trois grandes catégories, en l’occurence le résidentiel, le foncier et le commercial, ainsi que celle des prix des six catégories: appartement (local d’habitation situé dans un immeuble collectif et comportant une ou plusieurs pièces), maison (local d’habitation individuel, sans jardin, constitué d’un ou plusieurs niveaux), villa (local d’habitation individuel avec jardin), terrain urbain (lot de terrain se situant dans le périmètre urbain), local commercial (espace aménagé pour exercer une activité commerciale) et bureau (local de travail).

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles