Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Formation et innovation : Les pays de l’Afrique de l’Ouest prennent exemple de l’expérience OCP

22.07.2019 - 15:43

Entretien avec Moussa Diabate, président de West Africa Fertilizer Association (Wafa)

Nous sommes en train de voir avec OCP le genre d’accord  que nous pouvons signer pour que nous puissions aller de l’avant en s’inspirant de l’application de certaines initiatives du Groupe.

ALM : Comment se porte l’agriculture actuellement dans les pays de l’Afrique de l’Ouest ?

Moussa Diabate : Nous accusons un retard très important. Nos chefs d’État avaient décidé de faire en sorte que par des initiatives comme la consommation d’engrais on puisse passer d’un rendement de 5 tonnes à l’hectare pour atteindre un rendement de 50 tonnes à l’hectare et on devait atteindre ces 50 tonnes à l’hectare en 2015. Malheureusement aujourd’hui on est seulement à un rendement de 12 tonnes à l’hectare en moyenne. On a donc fait appel au privé que nous sommes pour faire en sorte que nous apportions notre expertise en la matière. Nous sommes convaincus qu’il faut des outils innovants pour nous permettre d’atteindre ces objectifs en termes de formation, d’éducation et de transmettre les meilleures pratiques. Partant de là, on s’inspire des expériences qui réussissent pour les appliquer dans nos pays. Nous pensons qu’il faut par exemple faire comme ce qu’on a fait avec les smartphones en Afrique, c’est-à-dire brûler les étapes pour arriver à des résultats concluants très rapidement. Nous avons la chance de compter parmi nos membres le Groupe OCP qui a une grande expérience dans le domaine des fertilisants. Nous voulons profiter de cette immense expérience africaine et mondiale du groupe pour pouvoir élargir nos horizons et atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés.

Selon vous quels seraient les résultats que pourrait apporter l’implémentation d’une initiative comme Al Moutmir si elle est appliquée en Afrique de l’Ouest ?

Ce que nous attendons c’est une augmentation substantielle de la production agricole. Nous serons 500 millions en Afrique de l’Ouest dans quelques années. Ces 500 millions il va falloir les nourrir. Et malheureusement si nous regardons la production agricole annuelle dans la région, celle-ci ne suit pas la courbe démographique. Cela signifie qu’on va vers une Afrique de famine, une Afrique de révolte et une Afrique qui va servir de terreau au terrorisme parce que ce sont la famine et les situations de vulnérabilité qui pourraient favoriser la prolifération du terrorisme dans nos pays. Donc, il est extrêmement important à plus d’un titre que nous puissions véritablement gagner la bataille du développement et de l’autosuffisance alimentaire.

Quels sont les secteurs dans l’agriculture où Al Moutmir qui pourrait donner le plus de résultats ?

Au niveau de notre secteur la fourniture d’intrants agricoles, la fourniture d’innovation sont de nature à faire en sorte que nous puissions atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés. C’est pour ça que nous estimons que l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) pourrait par exemple servir de base pour lancer un certain nombre d’initiatives en Afrique de l’Ouest, notamment au niveau de la formation et de transmission de savoir-faire. D’ailleurs, nous sommes en train de voir avec OCP le genre d’accord  que nous pouvons signer pour que nous puissions aller de l’avant en s’inspirant de l’application de certaines initiatives du Groupe. Nous avons eu l’occasion de voir sur le terrain ce qui a été réalisé et rencontrer les ressources humaines de qualité qui travaillent sur ces différents projets. Nous voulons faire partie de cet élan d’innovation.

Quel volet de partenariat avec OCP vous intéresse-t-il le plus ?

Ce qui nous intéresse le plus ce sont d’abord la formation et le savoir-faire, parce que le problème que nous avons actuellement réside dans le fait que nous n’avons pas encore les bonnes pratiques. Nous ne disposons pas des engrais de qualité. Il y a donc un certain nombre de secteurs sur lesquels il faut nécessairement agir pour que nous puissions avoir les résultats attendus.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles