Revue de presse des principaux journaux Marocains

Economie

Supervision bancaire : 2018 sans gros risques

24.07.2019 - 17:43

Selon Bank Al-Maghrib, les fondamentaux des banques marocaines sont restés robustes

Bank Al-Maghrib attribue la rentabilité du secteur bancaire à son modèle d’activités diversifié aux plans sectoriel et géographique.

Le secteur bancaire a pu préserver sa rentabilité. Un constat fait par Bank Al-Maghrib dans sa 15ème édition de son rapport annuel sur la supervision bancaire relatif à l’exercice 2018. La banque centrale, qui a dévoilé les grandes lignes de cette analyse lundi 22 juin à Casablanca, a attribué la rentabilité du secteur bancaire à son modèle d’activités diversifié aux plans sectoriel et géographique. A cet effet, le produit net bancaire a affiché durant l’exercice 2018 un accroissement modéré.

Ce qui a contribué à la hausse de 2,9 % du résultat net des banques sur base sociale. Une performance qui, d’après Bank Al-Maghrib, se confirme en dépit du renchérissement du coût du risque. «Sur base consolidée, les neuf groupes bancaires ont réalisé un résultat net part du groupe en hausse de 4,4 %, dégageant une rentabilité des actifs de 0,9% et des fonds propres de 10,8%», observe Bank Al-Maghrib. Et de préciser que les fondamentaux des banques sont restés robustes. Sur base sociale, le ratio de solvabilité des banques s’élève à 14,7%. Pour ce qui est de l’activité du crédit bancaire, la banque centrale confirme qu’elle est restée atone particulièrement pour les entreprises. Bank Al-Maghrib assure par ailleurs être attentive à la qualité des portefeuilles crédits des banques et à leur provisionnement. La banque centrale a par ailleurs consolidé sa surveillance transfrontalière, en collaboration avec les autorités de supervision des pays d’accueil et a renforcé le cadre de supervision des risques de marché et de taux d’intérêt global, en accompagnement de la réforme du régime de change.

Banques participatives : 1,7 MMDH de dépôts en 2018

2018 a été l’année de la finance participative. L’exerce a été marqué par le démarrage progressif des 5 banques et fenêtres agréées. Un lancement piloté par la banque centrale qui n’a ménagé aucun effort pour accompagner les acteurs auprès du Conseil supérieur des ouléma pour la labellisation des contrats relatifs aux produits. Les statistiques dévoilées lors de la rencontre de Bank Al-Maghrib font état d’une collecte modeste des dépôts à vue, soit 1,7 milliard de dirhams en 2018. Pour ce qui est des financements alloués par voie de Mourabaha immobilière ou automobile, Bank Al-Maghrib relève un encours de 4,5 milliards de dirhams. Selon la banque centrale, le cadre réglementaire de la finance participative a été complété par les exigences prudentielles portant sur les fonds propres et le ratio de solvabilité.

Ce qui a été fait en matière de contrôle et surveillance prudentielle 

Le rapport annuel sur la supervision bancaire retrace également les principales réalisations et les actions menées en matière de surveillance micro-prudentielle. En 2018, Bank Al-Maghrib a renforcé le cadre de régulation et de contrôle en termes de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement de terrorisme. La banque centrale a par ailleurs accompagné les acteurs dans leur mise en conformité aux nouvelles exigences en termes de devoir de vigilance et l’adoption d’une approche basée sur les risques.

La finance durable n’est pas en reste puisque Bank Al-Maghrib a adhéré durant 2018 au réseau international des banques centrales et superviseurs pour le verdissement du système financier (NGFS), tout en apportant une contribution à ses travaux.

En parallèle à cette adhésion, la banque centrale a approfondi le dialogue avec les banques sur la mise en œuvre des engagements pris dans le cadre de la feuille de route visant l’alignement du secteur financier sur les enjeux de développement durable. Il est également à noter que Bank Al-Maghrib a intensifié durant l’exercice 2018 ses contrôles concernant le respect des dispositions légales et réglementaires régissant notamment la protection des consommateurs des services financiers et le traitement de leurs réclamations. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la vision de Bank Al-Maghrib portant sur la promotion des relations équilibrées entre les établissements de crédits et leur clientèle.

» Source de l'article: aujourdhui

Autres articles