Revue de presse des principaux journaux Marocains

International

Le sommet ne doit pas être consacré aux migrants

03.03.2016 - 13:14

Les dirigeants européens ont l’intention de convoquer un nouveau sommet extraordinaire avec la Turquie, dans le but d’améliorer la coopération entre l’UE et Ankara afin de résorber les flux migratoires, à l’issue de débats marathon à Bruxelles.

L’Union européenne et la Turquie se retrouveront le lundi 7 mars à Bruxelles pour un sommet extraordinaire consacré à la crise des migrants

Le sommet extraordinaire entre l’Union européenne et la Turquie prévu le 7 mars à Bruxelles ne doit pas être uniquement consacré à la question migratoire mais aussi concerner les relations entre Ankara et l’UE, a affirmé jeudi un responsable turc.

Cette rencontre doit permettre de répondre à la crise migratoire la plus grave en Europe depuis 1945, alors que la Turquie est de plus en plus considérée côté européen comme la clé pour résoudre une question qui divise l’UE.

Les dirigeants européens veulent notamment obtenir d’Ankara une mise en œuvre plus rapide du plan d’action UE-Turquie conclu en novembre, dans lequel le pays s’est engagé à endiguer les départs de migrants de ses côtes vers la Grèce en échange d’une aide financière et de concessions politiques.

«Nous ne voulons pas que le sommet soit uniquement consacré aux migrants. Il doit prendre en compte l’ensemble des aspects de la relation entre la Turquie et l’UE», a jugé un responsable turc qui s’exprimait sous couvert de l’anonymat.

En dehors de l’ouverture de nouveaux chapitres du processus d’adhésion de la Turquie à l’UE, le sommet devrait aussi être l’occasion de discuter de la suppression des visas imposés aux citoyens turcs, une mesure qu’Ankara espère voir entrer en vigueur d’ici octobre prochain, a-t-il précisé.

Le commissaire européen aux Migrations, Dimitris Avramopoulos, a prévenu que l’Europe irait «au désastre» s’il n’y avait pas «de convergence et une compréhension» entre l’UE et la Turquie lors du sommet de Bruxelles.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, doit rencontrer jeudi le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu et vendredi le président Recep Tayyip Erdogan.

Plusieurs responsables européens ont fait part de leur frustration à l’égard d’Ankara, qui n’arrive pas à stopper le flux de migrants fuyant notamment la Syrie en guerre.

«Nous sommes déterminés à faire cesser cette immigration illégale, mais il est impossible d’y arriver en une journée», a plaidé le responsable turc.

En acceptant de relancer les discussions d’adhésion, freinées depuis de longues années par plusieurs dossiers, notamment ceux des droits de l’Homme et de Chypre, l’UE fait preuve de complaisance envers Ankara, selon les détracteurs du régime islamo-conservateur turc qui dénoncent sa dérive autoritaire.

» Source de l'article: lematin

Autres articles

newsletter

Articles Populaires

Désolé. Pas assez de données pour afficher des publications.