Revue de presse des principaux journaux Marocains

International

Plusieurs syndicats manifestent et des grèves perturbent les transports publics

09.03.2016 - 21:12

Remontés contre une réforme du droit du travail qu’ils qualifient de «régression historique», plusieurs syndicats de salariés et d’étudiants ont manifesté mercredi, espérant faire reculer le gouvernement socialiste, à un an de la présidentielle.

La journée contre une réforme du droit du travail a commencé, mercredi, par le blocage de lycées parisiens et en province par des élèves inquiets de la perspective d’une «précarisation» de leur future carrière professionnelle.

À Paris, un défilé mêlant salariés et étudiants est prévu en milieu de journée. La grogne porte sur une réforme du droit du travail, dont l’objectif est de déverrouiller les freins à l’embauche pour infléchir le chômage endémique (10%), notamment celui des jeunes (24%). Le Président François Hollande avait fait de la jeunesse une priorité lors de sa campagne en 2012, mais il «n’a pas tenu sa parole», jugent-ils, en espérant que le gouvernement entendra la colère de la rue. Le premier syndicat étudiant, l’Unef, et le syndicat lycéen, FIDL, ont décidé de se joindre à l’appel à manifester lancé par plusieurs syndicats contestataires comme la Confédération générale du travail. Hasard du calendrier, l’appel coïncide avec une grève dans les transports ferroviaires sur des revendications salariales. Un train sur trois seulement circulait en moyenne dans la matinée dans le pays. D’importantes perturbations sont observées mercredi dans les transports en commun en France en raison d’un mouvement de grève à la Société nationale des chemins de fer (SNCF), à laquelle se sont associés des agents de la Régie autonome des transports parisiens. Cette grève, qui intervient le même jour que la mobilisation contre la réforme du Code de travail porte sur des revendications salariales, alors que les négociations annuelles débuteront le 11 mars prochain. Les perturbations ont débuté mardi à 19 heures et devront se poursuivre jusqu’à jeudi 8 heures. La SNCF, qui demande à ses utilisateurs de reporter, s’ils le peuvent, leur voyage à plus tard, prévoit un TGV sur trois sur les axes nord, atlantique et sud-est. Ces perturbations se sont traduites par un délai d’attente entre deux trains deux à trois fois plus long que d’habitude.

» Source de l'article: lematin

Autres articles