Revue de presse des principaux journaux Marocains

LE MATIN

Anapec 2.700 chercheurs d’emploi insérés à Oujda

12.03.2014 - 12:22

«Près de 2700 chercheurs d’emploi insérés à Oujda dans le marché du travail en 2013 par le biais de l’Anapec», Mohamed Chbaatou, directeur régional de l’Anapec d’Oujda

Quelque 2.700 chercheurs d’emploi ont été intégrés dans le marché du travail et plus de 2.500 personnes ont bénéficié d’entretiens d’embauche en 2013 au niveau de la région de l’Oriental, a affirmé le directeur régional de l’Agence nationale de la promotion de l’emploi et des compétences (Anapec) d’Oujda, Mohamed Chbaatou.

Près de 500 personnes ont bénéficié du programme «Taahil» qui vise à faciliter l’insertion des diplômés, à appuyer les TPE et à accompagner les porteurs de projets dans la région qui ont atteint 60 entreprises durant l’année 2013, a ajouté Chbaatou dans une déclaration à la MAP à l’occasion de l’ouverture de la semaine emploi pour l’étudiant (du 10 au 15 mars).

Il a signalé que la nouveauté de cette manifestation est le lancement du nouveau site web qui offre plusieurs services aussi bien pour les chercheurs d’emploi que pour les employeurs, notant que cette démarche vient pour accompagner le nombre croissant d’usagers qui se rendent aux agences de l’Anapec.

L’Agence utilise des moyens de communication qui permettent d’établir un contact direct avec la clientèle comme les réseaux sociaux, ou encore des moyens plus ciblés et orientées comme le courrier électronique, les SMS et les appels téléphoniques à travers les centres d’appels, a relevé Chbaatou notant que l’Agence compte se lancer dans le domaine audiovisuel en produisant des vidéos pédagogiques qui seraient diffusée sur le site de l’Agence et les réseaux sociaux.

De son côté, le président de l’Université Mohamed Ier d’Oujda, Omar Anan, a passé en revue les moyens mis en oeuvre par l’université pour accompagner les étudiants et faciliter leur intégration dans le marché de l’emploi, notant que l’Université a adopté un projet pionnier au niveau national qui consiste en la constitution d’une base de données incluant tous les diplômés de l’établissement.

Cette base de données, qui constituera un mécanisme de suivi et d’accompagnement des étudiants, permettra aux employeurs de connaitre les compétences et les profils formés à l’université, comme elle offrira aux diplômés la possibilité de se faire connaitre dans le marché du travail, a-t-il dit.

Le directeur de l’Ecole nationale de commerce et de gestion (ENCG) d’Oujda, Belkassem Amamou, s’est arrêté sur le projet de formation à distance présenté par l’université dans le cadre de l’Agence universitaire de la francophonie, en partenariat avec l’université Montpelier I, et qui a été mis en œuvre depuis 5 ans dans la licence en marketing, notant que 24 pays africains bénéficient actuellement de cette expérience.

» Source de l'article: lematin

Autres articles