Revue de presse des principaux journaux Marocains

Libération

Une marche pour dénoncer le phénomène des enfants-soldats

10.02.2014 - 14:13

«Il n’y a simplement pas d’excuse, pas d’argument acceptable pour armer des enfants», a indiqué Mgr Desmond Tutu. De ce fait, il faut dénoncer l’infamie, celle des enfants-soldats enrôlés dans les camps de Tindouf. Des pratiques qui font fi des droits humains les plus élémentaires et renient toutes les conventions internationales. C’est dans cet esprit que sera organisée le 12 février prochain une marche d’enfants en signe de protestation contre les crimes commis à l’égard de leurs semblables dans lesdits camps. Une initiative de l’Organisation Colombe blanche, le mouvement international pour le parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc et l’Alliance des Sahraouis marocains en Europe. Les organisateurs n’ont pas hésité à renouveler l’expérience, forts du succès de l’opération lancée au Parlement européen à Strasbourg et au Parlement suédois à Stockholm, comme indiqué dans un communiqué.
A travers cette manifestation, les organisateurs visent à appeler «les forces éprises de paix, de démocratie et de liberté à intervenir et à user davantage de pression pour mettre un terme au calvaire qu’endurent les enfants sahraouis et leurs mamans séquestrés depuis plus de 37 ans dans les camps de Tindouf et révéler à la communauté internationale les violations massives des droits de l’Homme dans différents endroits du monde.
L’Organisation Colombe blanche a décidé, lors de cette manifestation qui intervient pour célébrer la Journée mondiale de l’enfant soldat, de recevoir les lettres de protestation en signe de solidarité avec les enfants des camps de Tindouf, qui seront collectées et remises lors de cette marche silencieuse d’enfants et de leurs mamans à la représentation de l’ONU qui à son tour va les transmettre au secrétaire général des Nations unies, pour condamner et dénoncer les crimes horribles dont sont victimes les enfants sahraouis marocains arrachés de force à leur famille et déportés à Cuba, en ex Union Soviétique, en Algérie ou en Libye. Ces enfants ne sont pas les seuls à vivre cette situation. Ils seraient actuellement plus de 250.000 enfants-soldats, de par le monde, enrôlés, souvent de force, dans divers conflits armés.
Mais pourquoi s’engagent-ils? Les armées savent manœuvrer efficacement pour recruter les enfants. La plupart du temps, on les kidnappe dans les écoles, les stades, les églises ou dans les rues. L’âge importe peu. Certains n’ont que 7 ans. Il arrive même parfois que les enfants eux-mêmes rejoignent volontairement les rangs de l’armée. Une façon pour eux de s’assurer un repas quotidien. Ils se laissent aussi convaincre par les promesses qu’on leur fait miroiter : chaussures, vêtements, belles armes pour leur sécurité… On abuse ainsi de leur naïveté, inconscients du danger qui les guette. Face à ce danger, la communauté internationale ne reste pas inerte. Ainsi, en Afrique, les Nations unies et d’autres organismes soutiennent les programmes DDR (Désarmement, démobilisation, réintégration).
Ces programmes sont extrêmement importants pour reconstruire la paix et pour la stabilité, ainsi que le développement à long terme des sociétés après les conflits.

» Source de l'article: liberation

Autres articles